Stéréotypes européens

“L’Europe a ce que nous n’avons pas encore, un sens du mythique et des limites inexorables de la vie, un sens, en un mot, de la tragédie. Et nous avons ce dont ils ont cruellement besoin: un sens des possibilités de la vie.”

James Baldwin, écrivain américain

Le ‘Français arrogant‘, l”Anglais coincé‘, le ‘Finlandais introverti‘ et l”Allemand sans humour‘ : les Européens aiment avoir une image pré-définie de leurs voisins. Si la plupart du temps, les stéréotypes et autres idées reçues sur nos voisins européens sont faux ou déplacés et ne nous apprennent pas grand-chose sur la culture d’un pays, ils nous enseignent en revanche beaucoup sur les perceptions et la manière dont nous avons tendance à voir et dépeindre nos voisins. Lorsqu’ils ne sont pas pris au sérieux, les stéréotypes montrent en fait que les Européens ont besoin de développer une image de leurs voisins – le pire étant peut-être de n’avoir aucun intérêt pour l’autre et donc aucune image et référence. Découvrons donc ces stéréotypes en feignant de ne pas les prendre (trop) au sérieux

Portugal

Des paresseux nostalgiques et tristes ?

Côtes ensoleillées, plages de rêves, terrasses… Lorsque les Européens du Nord pensent à leurs cousins du Sud, comme le Portugal, ils s’imaginent souvent une vie d’indolence, voire de négligence. Après tout, il y a une raison pour laquelle le mot farniente, littéralement ‘ne rien faire’, s’est exporté aussi facilement dans d’autres pays. Mais qui reprocherait aux Portugais de tirer le meilleur parti de leur climat généreux, de leurs plats de poisson raffinés et de leur délicieux porto ? Vous comprendrez aisèment pourquoi ils ne voient rien de mal à faire une petite sieste l’après-midi. Bien que le mode de vie à la portugaise puisse paraître facile à vivre, il n’en est pas moins malheureux… La musique lente et mélancolique du Fado contribue à un autre stéréotype, celui du Portugais triste et mélancholique. Leur mot “saudade“, d’ailleurs, ne se traduit pas en français mais signifie quelque chose entre “nostalgie” ou “mal du pays”.

Espagne

Des machos alternant fiesta et siesta ?

L’Europe semble avoir une image assez précise de ce à quoi ressemblent les Espagnols : “une nation portée sur les fêtes, avec des femmes superbes qui ne peuvent pas aller à la corrida vêtus de minijupes de peur que leurs petits amis et maris (qui sont – évidemment – hyper machos) ne leur fasse une scène. Et puis, il y a bien sûr les siestes dans l’après-midi, et la fête la nuit” (The Guardian). On dit également des espagnols qu’ils sont bruyants, mais également paresseux avec un caractère passionné, voire irritable. Selon la journaliste Carmen Morán : “Du soleil, des plages, de la fiesta et du bruit : voilà ce que les Espagnols échangent à l’étranger, grâce au tourisme, afin de panser ses plaies économiques”.

France

Des grévistes arrogants mais bons amants ?

C’est bien connu : tous les Français – sans exception – portent un béret sur leur vélo chargé de baguettes. Une image peu romantique qu’ils réussissent à combiner avec le fait d’être vus comme les plus meilleurs amants au monde. Qui se soucie du fait que ce stéréotype vieux de plusieurs siècles ne corresponde pas véritablement à la réalité ? Si un Français s’oppose à son portrait avec un sacrebleu en haussant les épaules, vous pouvez toujours l’attribuer à sa grossièreté légendaire. Certains historiens disent que c’est la politique internationale de non-alignement après la Seconde Guerre mondiale instituée par De Gaulle qui a conduit à cette réputation d’arrogance. Les Français, d’autres disent, souffrent également d’une mauvaise hygiène personnelle et sont toujours en grève – une tradition largement réfutée par les statistiques sur la faiblesse des syndicats français.

Islande

Des beautés jamais à l’heure ?

Le Pays du feu et de la glace a une très petite population d’environ 320 000 habitants. Tant de personnes dont nous tairons les noms disent que non seulement tout le monde connaît tout le monde, mais qu’ils sont probablement aussi tous de la même famille. En dépit de ces allégations d’inceste, les femmes islandaises sont considérées comme les plus belles du monde et les hommes les plus forts du monde… Qui comprendra ? D’autres voisins nordiques disent que les Islandais ne sont jamais à l’heure et tergiversent toujours sur des choix simples comme où partir en vacances ou quoi préparer pour le dîner. Selon l’écrivain islandais Alda Sigmundsdóttir : “cette réticence à faire des projets peut être épuisante, mais elle donne aussi beaucoup de dynamisme au pays. Les gens sont flexibles et on fait beaucoup de choses à la dernière minute, ce qui peut être l’une des raisons pour lesquelles nous pouvons nous remettre rapidement des effondrements économiques et des catastrophes naturelles.” Bien dit, Alda !

Irlande

Des catholiques roux et colériques portés sur l’alcool ?

C’est peut-être à cause de leur combat historique pour l’autonomie, de l’époque des anciens Celtes jusqu’à la lutte contre l’Angleterre et pour l’émancipation en tant que catholiques, mais pour une raison quelconque, beaucoup pensent que les Irlandais sont à la fois de mauvaise humeur et profondément religieux (même si le nombre d’athées sur l’île d’Émeraude augmente en réalité rapidement). Quand ils ne sont pas à l’église, la rumeur veut que l’on retrouve l’Irlandais au pub, devant sa Guinness. Oh, et bien sûr, ne vous attendez pas à rencontrer un Irlandais blond car tout le monde sait qu’ils sont tous roux. Cette conception des Irlandais vient très probablement du film populaire “The Quiet Man” de 1952 qui dont la vedette était une femme rousse irlandaise fougueuse.

Royaume-Uni

Des soûlards snobinards obnubilés par leur statut social ?

On dit souvent des Britanniques qu’ils sont polis, raffinés et agréables, mais néanmoins ayant une tendance malsaine à être snob, sans émotion et obsédés par leur statut de classe sociale –ils ne se débarrasseraient de leur rigidité apparente qu’en buvant de grandes quantités d’alcool, ce qui, fort heureusement, arrive souvent. Selon The Guardian, “l’image européenne du Britannique – soit en tant que fan de football en état d’ébriété ou adepte de la ville arrogante, tous deux vivant des gloires impériales passées, ressentant maussade d’être en Europe plutôt que de diriger le monde – est en soi un cliché. Ajoutez à cela beaucoup de pluie, de mauvaise nourriture, des bus à impériale et les cabines téléphoniques rouges qui sont encore des attractions communes, ne serait-ce que pour les touristes, et vous aurez une image complète d’une Angleterre stéréotypée. Sans parler des stéréotypes régionaux sur les Écossais et les Gallois…

According to , “the European image of the Brit – either pukingly drunk football fan or snooty City gent, both living off past imperial glories, sullenly resenting being in Europe rather than ruling the world – is itself a cliché”. Other common beliefs about Great Britain is that British people are seen as being very polite, proper and sophisticated with a negative tendency towards being stiff, snobbish, unemotional or obsessed with class and status. Stereotypes also include the common assertion that it rains there a lot, the food is bad and is full of red telephone boxes and red double-decker busses, which are common (tourist) attractions. But there are also regional stereotypes about Scottish and Welsh people…

Norvège

Des pêcheurs rustiques ou de riches protestants cultivés ?

Comme pour tous les autres pays scandinaves, la plupart des stéréotypes sur les Norvégiens viennent de leurs voisins directs, les Danois et les Suédois. Pour les scandinaves, la Norvège est un pays un peu arriéré peuplé de norvégiens un peu stupides. L’image standard du norvégien pour les suédois et danois est celle d’un mangeur de poisson rustique, patriote et peu sophistiqué avec des manières déplorables et des bottes boueuses, qui a récemment accédé à la prospérité du fait de sa rente pétrolière. Mais le reste de l’Europe n’a pas les mêmes stéréotypes sur les Norvégiens. Ils sont perçus comme de riches protestants, cultivés, rationnels quoique ennuyeux et bénéficiant d’un Etat Providence infaillible.

Suède

Des canons grands, blonds, minces mais un peu ennuyeux ?

Le premier stéréotype européen assez répandu associé au peuple suédois est celui d’être très grand, mince, beau et blond aux yeux bleus. Le pays est également considéré comme très progressiste, féministe et libérale avec une bonne protection sociale. Sur l’égalité des sexes, la Suède est en particulier considérée comme le pays où les femmes peuvent facilement faire une carrière et avoir des enfants. Les voisins scandinaves de la Suède ont également des stéréotypes spécifiques, dont celui du Suédois en permanence ivre. En Suède, il faut avoir 20 ans pour acheter de l’alcool, par exemple, ce qui est beaucoup plus que la limite d’âge de 16 ans au Danemark (récemment passée à 13). De nombreux jeunes Suédois font donc souvent la traversée vers le Danemark pour acheter de l’alcool et se soûler en des temps records (notamment sur le ferry). Parmi les autres stéréotypes, on retrouve l’image de Suédois parfois arrogants, désagréables, un peu ennuyeux et un peu raciste. Enfin il y a le cliché du Suédois dépressif. Selon l’idée reçue, ce serait dû aux hivers particulièrement froids et sombres qui influenceraient l’humeur des Suédois.

Finlande

Des buveurs de vodka déprimés et apathiques ?

Les Européens ont en général peu de stéréotypes sur la Finlande. Le stéréotype le plus commun sur les finlandais est peut-être celui qui les dépeint comme grossiers, introvertis et incapables de montrer leurs émotions. Il est vrai que la culture finlandaise est particulièrement imprégnée de l’importance de “ne pas exagérer”. Beaucoup de cultures mettent l’accent sur la verbalité, le dialogue, l’échange, ce qui ne semble pas intéresser les Finlandais, ce que certains considèrent donc comme désagréable. Pour de nombreuses langues, l’intonation lente et le phrasé de la langue finnoise sonne triste ou grossier. Certains trouvent que la langue finnoise donne l’impression que les Finlandais jurent tout le temps. Un autre cliché décrit les Finlandais comme de grands buveurs de vodka, arborant de vieille moustache et vêtus de mauvais goût, vivant dans les bois et partageant son temps libre entre la chasse à l’ours et d’interminables sessions de sauna où ils se frappent avec des branches de bouleau. D’autres décrivent les Finlandais comme très déprimés, habitant à vie dans la cave de leurs parents où ils écoutent du black metal et jouent à des jeux en ligne toute la journée. Dans le meilleur des stéréotypes, la Finlande est considérée comme une société riche et progressive avec un système de protection sociale enviable.

Danemark

Des écologistes digne de confiance mais réservés ?

Il n’y a pas tellement de stéréotypes sur les Danois en Europe, peut-être parce que c’est un petit pays associé aux pays scandinaves. On dit souvent des Danois qu’ils ont une grande qualité de vie, sont serviables, très ponctuels et font naturellement confiance aux gens. Bien qu’ils paraissent un peu réservés au début, les Danois sont considérés comme étant ouvert d’esprit, facile à vivre et toujours de bonne humeur. Ailleurs, cependant, une image commune dépeint les Danois comme des gens se plaignant toujours sur tout, et en particulier de la météo. Et comme leurs voisins scandinaves, ils ont l’image de grands soulards.

Pays-Bas

Des homosexuels libéraux shootés à vélo ?

Le premier stéréotype le plus répandu sur Pays-Bas décrit le Néerlandais comme grand, blond aux yeux bleus. C’est assez faux, mais le stéréotype reste. En raison de la politique néerlandaise de légalisation du cannabis, les Néerlandais sont également dépeints comme shootés en permanence. Les Pays-Bas étant le premier pays au monde à autoriser le mariage homosexuel en 2001, Amsterdam est parfois considérée officieusement comme la capitale gay de l’Europe, et les Européens ont tendance à considérer qu’au moins la moitié de la population néerlandaise est gay. Une autre idée reçue répandue à propos des Pays-Bas est de considérer les hollandais comme radins. Il doit bien y avoir une raison pour que les anglais au moment de partager l’addition au restaurant utilisent l’expression “Going Dutch” ! Il est vrai que de nombreux Néerlandais gardent une relation particulière à l’argent et l’on considère normal aux Pays-Bas que les hommes n’offrent pas la boisson à leur dulcinée lors de rendez-vous amoureux. Enfin, les Européens considèrent que chaque Néerlandais possède au moins une douzaine de vélos. Mais est-ce là vraiment un cliché, dans un pays où il y a plus de vélos que d’habitants ?

Belgique

Des amoureux de la bière et des frites au système politique chaotique ?

Les belges font l’objet de nombreuses blagues et clichés en Europe, et notamment de la part des Français et des Hollandais, avec lesquels ils partagent les mêmes langues. Leurs voisins les présentent comme des mangeurs invétérés de frites, de moules, de chocolat et de gaufres, des inconditionnels de la bière et des amateurs de bandes dessinées. Les Belges sont aussi réputés pour leur système politique chaotique, difficile à comprendre en raison notamment de la lutte continuelle entre la Flandre et la Wallonie ou entre les Communautés flamande et française. Les deux parties flamandes et wallonnes ont même tendance à avoir des stéréotypes l’une sur l’autre: les Francophones sont dépeints comme incapables de parler plusieurs langues, fans de football un peu lourdaud et paresseux, tandis que les Flamands sont perçus comme travailleurs, bilingues et ambitieux. Mais sans doute le plus drôle avec les stéréotypes sur les Belges est le fait qu’eux-mêmes aiment alimenter les clichés et surjouer l’image qu’on leur prête.

Allemagne

Des travailleurs acharnés et sans humour amateurs de belles voitures ?

Contrairement à la croyance populaire, tous les hommes allemands ne se promènent pas en ville en Lederhosen (culotte de peau). Mais cette image populaire reste bien ancrée dans l’esprit des Européens. Selon The Guardian, les Allemands sont souvent réputés être travailleurs, efficaces et disciplinées, mais aussi un peu raide et sans humour. Le journaliste allemand Rainer Erlinger opine : “En effet, Angela Merkel est un peu plus rigide et formelle que Silvio Berlusconi, mais cela pourrait bien s’inverser dans l’autre sens si l’on compare à Mario Monti. Apparemment, les Allemands ne pensent pas qu’il est important de pouvoir rire de ses politiciens – du moins pas en dehors des programmes satiriques ou du carnaval. Si les Allemands ont un sens de l’humour, peut-être qu’il faudrait l’indiquer clairement dans le calendrier !”

Autriche

Des bosseurs sans humour toujours en Lederhose ?

Les Européens les représentent souvent les Autrichiens en “Dirndl” ou “Lederhose“. Si, en effet, les touristes peuvent découvrir ces vêtements traditionnels lors des fêtes de la bière ou lors d’occasions spéciales en été, il est bien sûr faux de penser que les Autrichiens en portent tout le temps. En ce qui concerne leurs caractéristiques nationales, les Européens ont tendance à dépeindre les Autrichiens comme blonds, sérieux, impassibles, travailleurs et manquant cruellement de sens de l’humour. Ils diraient aussi que la plupart des Autrichiens sont passionnés de sports d’hiver et en assez bonne santé financièrement. Un autre aspect important que les Européens associent à l’esprit autrichien est la priorité donnée à la vie domestique. Les Autrichiens aimeraient construire, réparer, agrandir, rénover, remettre en état et moderniser leur maison. Ils aimeraient aussi particulièrement le jardinage et passeraient des heures dans les magasins de jardinage.

Suisse

Des montagnards ponctuels, réservés et individualistes ?

La Suisse étant au milieu de l’Europe, il y a toujours eu beaucoup de stéréotypes sur ses habitants. La première image que les Européens associent aux Suisses a trait à leur caractère assez réservé et pas très sociable. En Suisse, l’idée d’entamer une conversation avec un étranger semble être contre nature, même s’il y a des variations régionales. Un autre stéréotype assez répandu représente le peuple suisse comme obsédé par la ponctualité. Cette obsession a évidemment quelque chose à voir avec l’horlogerie, qui est une industrie traditionnelle suisse. Il y a aussi évidement le secteur bancaire suisse qui fournit aux Européens de bonnes raisons de dépeindre leur voisin suisse comme économe et secret. Il est vrai, en effet, que la Suisse gère un tiers des fonds offshore du monde. Enfin, certains clichés dépeignent les Suisses comme individualistes et n’aimant pas s’impliquer dans les problèmes des autres. Le dicton suisse ne dit-il pas d’ailleurs qu’il faut “laver son linge sale en famille…

Italie

Des fous de football et de mode ultra bavards ?

Selon The Guardian, les Européens disent des Italiens qu’ils sont bavards, et de mauvaise écoute, uniquement intéressés par le son de leur propre voix. Il est également dit des Italiens qu’ils sont généralement beaux, à fond sur la mode, addicts de football et qu’ils ne paient pas leurs impôts. Ils auraient une culture du café incroyable, aimeraient la pizza autant que leur fiat et les pâtes seraient des plats presque sacrés. Il est aussi communément dit que les Italiens répéteraient en continu souvent : “Mamma Mia !” ou “va fan culo !” et que la Mamma italienne est celle qui, en vérité, ferait la loi. Qui pourrait vraiment y croire ? Enfin, un stéréotype plutôt drôle, bien que complètement faux, représente la plupart des hommes italiens en plombiers à tête d’olive passant leur journée à sauter sur des tortues, manger des champignons, et courir après des princesses…

Tchéquie

De jolies femmes et des buveurs d’absinthe ?

La première image associée à la Tchèquie serait peut-être celle de la Skoda, cette voiture célèbre produite dans le pays. La Tchèquie est également connue pour être la patrie du cristal et de son style Art Nouveau. En ce qui concerne les caractéristiques de ses habitants, les Européens se les représentent comme très belles pour les femmes et moustachus pour les hommes. Ils s’imaginent les Tchèques comme adorant la bière et buvant régulièrement de l’absinthe. Ils mangeraient aussi beaucoup de boulettes de viande et utiliseraient en permanence leur téléphone portable. Enfin, certains voient en eux une nation d’artistes, avec de nombreux écrivains célèbres à travers le monde.

Slovaquie

De grands pochtrons toujours de mauvaise humeur ?

Le stéréotype le plus associé à la Slovaquie n’en est peut-être pas véritablement un : certains Européens ont encore tendance à toujours croire en l’existence de la Tchécoslovaquie comme un seul pays. Un autre stéréotype associé aux Slovaques est celui d’être perçus comme irritables, souvent de mauvaise humeur et facilement offensés. On dit de leur humour qu’il est sombre et sadique, et que le Slovaque est un peu lent d’esprit, pas très bavard, un peu sexiste et pas très amical avec les inconnus. Les Slovaques sont aussi réputés être de grands buveurs – que ce soit de la Borovicka, de la Slivovica, ou tout autre alcool local particulièrement fort.

Pologne

Des catholiques zélés buveurs de vodka ?

L’un des stéréotypes les plus significatifs sur la Pologne a trait à son supposé fanatisme catholique inconditionnel. Mais selon Adam Leszczynski, journaliste polonais, les Polonais ne sont pas profondément affectés par ce que dit l’Église. S’ils ne trouvent pas de réconfort dans la religion, ils peuvent le trouver dans l’alcool : les Polonais sont aussi souvent décrits comme des alcooliques. S’il est vrai qu’en moyenne les Polonais boivent 13,3 litres d’alcool par citoyen et par an, de facto un peu plus que les Allemands (12,8 litres), ils en boivent cependant à peu près autant que les Anglais (13,4 litres), et moins que les Irlandais (14,4 litres) !

Lituanie

Des villageois arriérés pseudo-russes ?

Les stéréotypes sur la Lituanie sont plutôt liés à un manque de connaissances sur le pays. Le stéréotype le plus commun serait que, pour certains Européens (ignorants), la Lituanie fait partie de la Russie. Ces gens ont parfois tendance à penser que les Lituaniens n’ont pas leur propre langue et n’ont jamais rien inventé, ce qui n’est pas surprenant, car la Lituanie, de l’avis de beaucoup, n’existait pas avant que l’URSS ne disparaisse. En outre, selon les Lituaniens eux-mêmes, parmi les premières questions qu’ils entendent lorsqu’un étranger visite leur pays se trouve la fameuse question désobligeante “Avez-vous la télévision en Lituanie ?” ou encore plus irritante : “Combien de personnes vivent dans votre village ?” ou “Avez-vous un cheval ?” si ce n’est, encore plus étonnant : “Pouvez-vous me dire quelque chose en polonais ?”

Lettonie

Des obsédés du poisson possédant tous six doigts de pied ?

En général, les Européens ne dissocient pas trop la Lettonie de ses voisins baltes, et par conséquent n’ont pas de stéréotype particulier pour les Lettons. Mais les Estoniens, eux, en ont ! Et ils sont plutôt surprenants : outre qu’ils pensent des Lettons qu’ils ont des mauvaises routes, mangeant beaucoup de poisson, les Estoniens disent aussi d’eux qu’ils auraient, selon la rumeur… 6 doigts de pied ! 

Estonie

Des inventeurs sexy disposant d’un système médical avancé ?

On dit des femmes estoniennes qu’elles sont particulièrement belles avec des cheveux blonds clairs et que leur économie est la plus avancée des pays baltes. Les Lettons et les Lituaniens disent des Estoniens qu’ils sont particulièrement lents, mais déterminés et rationnels. Ils sont censés être bons en affaires et surtout dans l’industrie des nouvelles technologies. Les Lettons sont parfois jaloux de leur système social et médical, ainsi que de leurs infrastructures de loisirs connus notamment pour leurs spas. À cet égard, ils sont parfois perçus comme un prolongement de la Scandinavie dans les pays Baltes.

Biélorussie

Des Soviétiques apathiques friands de pommes de terre ?

Peut-être à cause de son nom, ou du fait que le pays est géographiquement et culturellement fermé sur lui même, mais la Biélorussie est le plus souvent associée à des stéréotypes se référant à la Russie. Les Européens ont tendance à penser que les Biélorusses sont particulièrement froids, sans émotion et hostiles. Un autre préjugé est qu’ils glorifient en permanence leur résistance passée contre les nazis. Mais les Européens pensent souvent que le pays est rempli de bâtiments construits en bloc comme à l’époque soviétique. La Biélorussie étant la dernière dictature d’Europe, beaucoup d’Européens se représentent les Biélorusses comme des prisonniers sans liberté et manquant cruellement de divertissements et se contentant simplement de vivre avec leurs pommes de terre.

Ukraine

Des russophones pauvres et radioactifs ?

L’Ukraine est un pays d’histoire et de traditions exceptionnelles, mais peu d’Européens ont déjà visité le pays et s’y connaissent à son sujet. Depuis la catastrophe de Tchernobyl, les Européens pensent que leurs fruits et légumes sont dangereux et non comestibles. On dit aussi que les Ukrainiens n’aiment pas les étrangers, sont sombres et cherchent toujours le conflit. Un cliché partagé par de nombreux Européens est également de penser qu’il neige toute l’année en Ukraine et que les Ukrainiens adorent le salo – un plat à base de graisse de porc. Si la vodka y est tout autant populaire notamment lors des fêtes et pour accueillir des visiteurs, beaucoup d’Ukrainiens lui préfèrent en réalité le horilka.

Moldavie

Des amateurs de vin et des femmes belles mais pauvres ?

Parmi les stéréotypes européens sur les Moldaves, on retrouve souvent celui de la beauté de leur femme à la peau claire et aux cheveux noirs (bien que beaucoup de Moldaves ont aussi des cheveux blonds). On dit aussi qu’ils sont pauvres (et c’est statistiquement souvent le cas). Les femmes moldaves sont souvent perçues comme des victimes de trafic sexuel (le phénomène est encore fort) tentant d’échapper à des situations désespérées avec l’illusion de devenir danseuse, serveuse ou femme de ménage dans un pays occidental. La Moldavie est aussi décrite comme une société pleine d’enfants élevés par des grands-parents pendant que leurs parents travaillent hors du pays. Plus positivement, la Moldavie est aussi perçue comme un pays convivial, qui sait produire des vins d’excellente qualité et organiser de grandes fêtes aux danses endiablées.

Roumanie

Des vampires Roms russophones ?

Pour beaucoup d’étrangers, la Roumanie appelle son lot d’idées reçues. Le premier cliché associé à la Roumanie est celui d’être le pays des vampires. Il n’y a évidemment pas de vampires en Transylvanie, où il n’y a d’ailleurs rien d’effrayant et où les habitants n’ont pas ce drôle d’accent que vous avez peut-être entendu dans les films hollywoodiens. Une autre idée reçue est de penser que la Roumanie parle le russe. Car le Roumain est une langue romane et si les citoyens roumains ont été forcés d’apprendre le russe à l’époque communiste, ce n’est pas le cas depuis 1990. Les Européens ont également tendance à penser que tous les Roumains sont Roms. Mais les Roms ne représentent que 2,5% des plus de 22 millions d’habitants de la Roumanie. Or, encore aujourd’hui, un nombre surprenant d’Européens semblent penser que les Roumains sont en fait la minorité. Ce qui ne veut pas dire pour autant que les Roms ne sont pas Roumains. Et enfin, un stéréotype commun en Europe, un peu bête, est de confondre Bucarest, la capitale de la Roumanie, et Budapest, la capitale de la Hongrie. Certains touristes se trompent encore au moment de prendre leurs billets d’avion…

Hongrie

Des mal élevés férus de goulash ?

Les stéréotypes liés à la Hongrie sont toujours ambivalents. Une phrase amusante que l’on peut entendre souvent dans les pays d’Europe de l’Est dit : “Si un Hongrois passe après vous par une porte d’entrée tournante, il sortira avant vous“. Cela sous-entend que certains Hongrois ont tendance à montrer un comportement intrusif et insistant, en particulier à l’étranger. Cela signifie aussi que les gens de ce pays trouveront toujours un moyen de s’en sortir sans payer trop d’attention aux bonnes manières et à certaines règles de bienséances. Un autre stéréotype représente les Hongrois comme des personnes égoïstes, qui ne coopèrent pas facilement et qui ont des opinions souvent contradictoires. On dit également des Hongrois qu’ils adorent leur langue : ils savent qu’il est difficile pour les étrangers de l’apprendre, mais ils apprécient lorsque des étrangers s’y essayent. Pour une meilleure intégration, essayez donc sur place de prononcer correctement les noms hongrois. On dit également des Hongrois qu’ils aiment se plaindre beaucoup et qu’ils sont plutôt pessimistes lorsqu’ils expriment une opinion. Enfin, évidement, les Européens pensent que les Hongrois mangent du goulash tout le temps…

Slovénie

Des Alpins bilingues et introvertis ?

La Slovénie est souvent perçue comme le premier pays des Balkans à avoir intégré le mode de vie occidental et la société de consommation, et est maintenant considérée comme un mélange de nombreuses nations et cultures européennes. Dans les stéréotypes courants, les Slovènes sont décrits comme quelque peu jaloux, plaintifs, froids et mélancoliques – mais aussi romantiques, disciplinés et honnêtes. Ils sont réputés être polyglottes – la plupart des Slovènes parlent au moins 1 ou 2 langues étrangères – et aiment rester dans la même maison toute leur vie, de leur mariage jusqu’à leur mort. Cela explique peut-être pourquoi ils aiment embellir leur maison en permanence, avec des murs à la peinture fraîche et des fleurs à chaque fenêtre.

Croatie

Des patriotes bavards, bruyants et querelleurs?

Intégrée dans la péninsule balkanique, la Croatie est souvent décrite comme une nation de bavards et de joyeux lurons, mais aussi de personnes bruyantes, grossières et parfois querelleuses. Ce stéréotype vient probablement du fait que les pays d’Europe occidentale les ont vus comme des “barbares” tout au long de leur histoire, souvent à la traîne des grands courants de modernisation. Depuis l’indépendance croate en 1991, ses voisins perçoivent les Croates comme des nationalistes ou, en tout cas, de grands patriotes.

Serbie

Des coureurs de jupons superstitieux et paresseux ?

Il y a en Europe une tendance à considérer les Serbes comme des personnes ayant peu de motivation au travail et qui ne cherchent pas à améliorer leurs conditions de vie. Les Européens se souviennent encore de la guerre des Balkans dans les années 1990 et se représentent parfois encore les Serbes comme un peuple belliqueux. Curieusement, il y a encore un stéréotype en cours décrivant les hommes serbes comme des coureurs de jupons. Selon un blogueur serbe, il y a certes quelque chose de vrai à propos de la mentalité et de l’éducation de certains hommes serbes qui les rendent infidèles vis-à-vis de leur petite amie ou épouse, mais l’adultère existe partout. Un autre stéréotype décrit le Serbe comme superstitieux.

Bosnie-Herzégovine

Des fervents musulmans pro-américains ?

Un stéréotype amusant est de dire que si un Bosnien est grand et blond, c’est qu’il vient certainement des montagnes. D’autres les caricaturent comme des personnes qui laissent diligemment leurs chaussures devant la porte de leur appartement, lequel regorge de fleurs artificielles et de tableaux de cascades encadrées. Les femmes à la mode se teindraient toutes les cheveux en rouge tape-à-l’oeil tandis que les hommes porteraient constamment des bas de survêtement Adidas. Les Bosniaques sont considérés par les Européens comme des musulmans blancs, qui aiment les Américains et les Turcs. En réalité, 40% de la population du pays est musulmane – plus de musulmans vivent à Paris que sur l’ensemble du territoire de la Bosnie-Herzégovine.

Albanie

De gros fumeurs amateurs de piments ?

Le stéréotype albanais le plus injuste, sûrement formé après l’émigration massive des années 80 et 90, dépeint les Albanais comme des voleurs pauvres. Pour leurs voisins directs des Balkans, les Albanais sont considérés comme patriotiques, obsédés par le sport (en particulier le football) et amateur de danse. On dit qu’ils en savent plus sur l’Italie que les Italiens eux-mêmes, mais qu’ils n’aiment pas les Grecs et les Serbes. On dit aussi d’eux qu’ils sont traditionnels et familiaux, qu’ils commencent à fumer dès le plus jeune âge, qu’ils mangent du paprika tous les jours et boivent beaucoup de thé. Enfin, la plupart d’entre eux se considèrent musulmans, tout en dénigrant les autres pays comme musulmans.

Bulgarie

Des machos misogynes avides de fromage de chèvre ?

Les femmes bulgares ont la réputation de faire bonne figure, mais ce n’est pas le cas de leurs hommes, qui sont souvent décrits comme construits comme un camion, agressivement macho, possessifs et aussi sensibles qu’une brique. On dit aussi des Bulgares qu’ils survivent grâce à un régime composé exclusivement de tomates, de concombre et de fromage de chèvre.

Macédoine du Nord

Des ennemis permanents des Grecs ?

Ce petit pays des Balkans n’a pas beaucoup de stéréotypes de la part des pays d’Europe occidentale. La Macédoine du Nord est souvent perçue comme un beau pays et une destination idéale pour les vacances. Les Grecs et les Bulgares, eux, ont tendance par contre à avoir beaucoup de stéréotypes sur la Macédoine du Nord, mais c’est plus pour des raisons politiques que culturelles. Les Grecs sont en particulier préoccupés par les ambitions expansionnistes des Macédoniens – en particulier la région du nord de la Grèce également connue sous le nom Macédoine. Evidement, outre la petite armée macédonienne qui aurait peine à faire tressaillir Athènes, la Macédoine de Nord n’aurait aucune chance d’obtenir un soutien international pour envahir un Etat membre de l’UE. 

Grèce

Des commères homosexuelles poilues et fauchées ?

Mis à part les nombreux stéréotypes du Grec débauché générés par la crise de l’euro, beaucoup s’imaginent les Grecs comme poilus, bruyants et insouciants, occupés à fumer et bavarder toute la journée. Ils ont également une réputation homosexuelle – évidemment issue de l’héritage des œuvres de Platon mais aussi de l’attractivité des destinations gay-friendly comme Mykonos – tout en étant très attachés à leur mère.

Turquie

Des musulmans machos conduisant des Mercedes ?

De nombreux clichés sur la Turquie remontent à l’époque ottomane et à la fascination exercée pour l’empire majoritairement musulman aux portes de l’Europe. Aujourd’hui, le peuple turc est souvent dépeint comme ayant de grandes familles, au mode de vie traditionnel et collectiviste, où les femmes turques seraient obligées d’obéir à leur mari. Ne subsistant qu’en suivant un régime composé exclusivement de kebab, le Turc stéréotypé est souvent présenté comme ayant le sens des affaires, mais avec pour obsession celle d’économiser suffisamment pour s’acheter une BMW ou Mercedes allemande.

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez peut-être aussi :

Fermer le menu