Mots intraduisibles européens

Le langage apparaît dans la réalité seulement en tant que multiplicité

Wilhelm von Humboldt, 1795.

Avez-vous déjà fait l’expérience du saudade à Sintra ? Ou du Schadenfreude allemand ? Était-ce meilleur ou pire que le hygge que vous avez ressentie au Danemark ? Les mots intraduisibles font l’essence de la diversité européenne… L’intraduisibilité ne devrait pas être un obstacle au vivre-ensemble, mais un moyen d’améliorer la façon dont nous expliquons collectivement le monde. Parfois, ce sont des mots qui ne fonctionnent que dans un contexte social donné. Parfois, c’est une idée qui n’est venue à personne d’autre. Ou parfois, c’est juste un sentiment insaisissable jusqu’à ce que vous réalisiez qu’un autre pays est arrivé à le décrire en premier. Ne vous inquiétez plus ! Que vous vous attardiez sans but dans une rue de Paris ou que vous trainiez au checkout à Chemnitz, vous n’aurez plus jamais besoin de chercher vos mots !

Portugal

Saudade

Quelle meilleure façon de commencer cette liste que par le mot intraduisible européen le plus célèbre de tous les temps! Saudade est un état d’esprit de profonde nostalgie pour quelque chose ou quelqu’un que l’on regrette et qui est perdu à jamais. Le fado portugais est souvent considéré comme l’incarnation musicale du saudade.

Apaixonar : tomber amoureux et le sentiment de tomber amoureux.

Cafuné : passer tendrement les doigts dans les cheveux de quelqu’un d’autre.

Desabafar : avoir besoin de parler de ses problèmes ou de les oublier d’une autre manière (en courant, marchant, buvant, etc.).

Mágoa : se sentir blessé physiquement ou émotionnellement.

Mimoso : quelqu’un qui a tendance à toujours toucher ceux qui l’entourent.

Desenrascanço : se dégager d’une situation indésirable.

Espagne

Duende

Duende est le pouvoir mystérieux qu’une œuvre d’art peut avoir pour émouvoir profondément une personne. C’est en particulier appliqué à la danse flamenco. Le poète Federico Garcia Lorca a emprunté une phrase à Goethe pour le définir comme “le pouvoir mystérieux que nous ressentons tous, mais qu’aucun philosophe ne pourrait expliquer”. Les Français peuvent l’appeler “syndrome de Stendhal”, mais cela ne permet pas de saisir pleinement les nuances et l’intensité du duende.

Botellón : réunion de jeunes pour se saouler dans une rue calme ou dans un parc, car c’est beaucoup moins cher que d’aller dans les bars ou les clubs.

Chapuza : quelque chose de mal fait ou réparé.

Consuegro : les beau-parents de votre fils ou fille.

Entrecejo : l’espace entre les deux sourcils.

Estrenar : porter quelque chose de nouveau pour la première fois.

Sobremesa : le moment après avoir mangé un repas quand la nourriture est partie mais que la conversation continue jusqu’à tard.

France

Bérézina

C’est la bérézina !” A chaque fois que les Français entendent cette phrase, ils hurlent et frissonnent de façon incontrôlable tout le long de leurs membres gaulois. Bérézina exprime bien plus qu’un simple échec : c’est une énorme raclée. Le terme vient de la bataille de Bérézina en Biélorussie en 1812 au cours de laquelle l’armée française de Napoléon affronta l’armée russe dirigée par Koutousov. De nombreux soldats français sont morts en tentant de traverser la rivière Bérézina, glacée, ce qui se termina par une cuisante défaite.

Crapoter : fumer une cigarette sans réellement inhaler.

Entarter : envoyer une tarte au visage de quelqu’un.

Flâner : errer sans but réel autre que d’observer les gens et de s’imprégner de l’essence d’une ville.

Insortable : une personne que vous ne pouvez pas emmener avec vous à une soirée parce qu’elle vous embarrasse.

Juilletistes/Aoûtiens : personnes partant en vacances respectivement en juillet et août.

Ras-le-bol : marre de quelque chose, en être frustré.

Retrouvailles : la douceur particulière de quelqu’un après une longue période.

Savoir-faire : savoir s’adapter à n’importe quelle situation avec grâce et facilité.

Tue-l’amour : quelque chose qui fait qu’une personne cesse d’aimer ou de ressentir le désir pour une autre.

Islande

Snjór

Snjór est l’un des 6 243 mots identifiés pour nommer la neige ou son apparence en Islande ! Il y a des variations selon le moment où la neige tombe, les conditions météorologiques et la quantité de neige qui tombe en une seule fois. Vous pouvez nommer la neige en fonction de ce qui lui est arrivé après qu’elle soit déjà tombée. Il y a même des mots pour la neige qui se déplace d’une certaine manière. Bien sûr, ils n’ont pas tous d’équivalent en français !

Álegg : tout ce que vous décidez de mettre sur votre pain de sandwich. Fromage, confiture, jambon, pâté ou autre.

Gluggaveður : la “météo-fenêtre”, c’est-à-dire le genre de temps agréable à regarder par la fenêtre mais pas à vivre.

Kviðmágur : “beau-frère de l’abdomen” pour les garçons (ou les filles) qui ont couché avec la même personne.

Ratiljóst : avoir suffisamment de lumière pour se rendre à la cuisine au milieu de la nuit pour prendre une collation.

Sólarfrí : profiter d’une journée ou d’un après-midi inattendu pour apprécier une journée particulièrement ensoleillée et chaude.

Skúmaskot : un coin sombre.

Vesen : quelque chose de plus compliqué que ce qu’il devrait être.

Ireland

Béaláiste

Ils ont un mot pour ça ! Nous ne voudrions pas paraître trop cliché, mais le mot irlandais intraduisible se réfère à l’alcool… Béaláiste est la boisson utilisée pour sceller un accord commercial. Cela signifie généralement finaliser une bonne affaire en partageant un toast avec des pintes de bière. Et chaque fois qu’ils en ressentent le besoin, ils peuvent même continuer avec une petite chanson à boire. Tout cela, au pub local évidemment.

Comhardadh : une rime où la première syllabe de chaque mot a la même voyelle.

Criathróir : un animal qui tient debout sur un sol marécageux.

Dearglach : une lueur rouge (dans le ciel).

Driongán : un animal en piteux état.

Eadra : l’heure de la traite du matin

Feimíneach : animal qui se mange la queue.

Foiseach : herbe inaccessible à la tondeuse; herbe poussant le long de la marge de champ.

Fóisí : celui qui fait des choses par à-coups.

Fuarlach : inondations dues à de fortes précipitations; terres marginales basses inondables.

Gormánach : un jeune phoque après avoir perdu son manteau blanc.

Iombhá : un endroit où il y a danger de noyade.

Ioscaid : le creux à l’arrière du genou.

Ithir : une terre sur laquelle des racines ont été cultivées la saison précédente.

Ladhar : l’espace entre les orteils ou les doigts.

Méidhe : un cou; un moignon de cou, un cou de corps sans tête.

Sabhsaí : une personne qui travaille par tous les temps.

Séanas : l’espace entre les dents supérieures.

Rosc : la technique poétique par laquelle la voyelle prononcée est en bout de phrase.

Tonach : laver les morts.

Royaume-Uni

Tartle

Nous sommes tous passés par là. Vous vous occupez de votre propre affaire, vous marchez dans la rue, quand tout à coup vous regardez d’un côté et quelqu’un qui vous est vaguement familier vous dit bonjour. Mais attendez, vous connaissez son visage, mais quel est son nom ? Ceci s’appelle un tartle, un mot tout à fait unique à la langue écossaise qui définit l’hésitation que l’on a lorsqu’on essaye de se souvenir du nom de quelqu’un. Si vous êtes confronté au scénario ci-dessus, vous pouvez vous excuser en disant : “Désolé pour ma tartle.

Cheesy : quelque chose de si niais que ça puerait presque comme du camembert.

Facepalm : cacher son visage dans ses mains pour exprimer l’embarras, la consternation ou l’exaspération.

Gobbledygook : un jargon inintelligible.

Pimp : remettre à neuf quelque chose, pour le rendre super chic.

Serendipity : l’état de trouver des choses agréables ou désirables par accident.

Spam : un message électronique non sollicité.

Norvège

Koselig

C’est un truc bien norvégien. Le concept de Koselig est essentiel pour comprendre le comportement des Norvégiens, en particulier le week-end. C’est à la fois un substantif (Koselig) et un verbe (kose). Certains disent que “confortable” est la traduction la plus proche, bien que nous soyons sûrs que c’est juste parce que ça sonne pareil ! bon, avec “confortable” vous avez fait 80% du chemin. Mais il y a plein de choses cachées que vous ne décrirez pas assez bien. Cela englobe des situations, des nouvelles ou des personnes – telles que des amis ou des enfants avec un sourire agréable et koselig.

Attpåklatt : un enfant qui est né longtemps après le groupe “principal” d’enfants de la famille.

Døgn : une période de 24 heures (mais pas forcément une journée).

Forelsket : l’euphorie que vous ressentez lorsque vous tombez amoureux pour la première fois.

Innlevelse : un acteur qui pense, vit et agit comme son personnage.

Marka : toutes les zones boisées qui entourent une ville ou un village où les gens peuvent skier, faire du vélo, marcher ou camper.

Pålegg : salami, jambon, fromage, confiture, laitue – tout ce que vous pouvez mettre sur le pain pour un sandwich.

Tøffelhelt : un héros pantouflard.

Uting : une mauvaise habitude ou tradition.

Utepils : être assis dehors par une journée ensoleillée en dégustant une bière.

Suède

Lagom

Juste à la bonne quantité ! Ce mot sert à toutes fins et décrit tout, de la nourriture et des boissons, à la distance et au poids, au droit et à la politique. C’est un mot commode qui englobe toutes les idées : un mélange de “assez”, “suffisamment”, “moyennement”, “optimal” et “approprié”. Il désigne une situation qui n’est ni trop ni trop peu – comme dans “lagom lång” (la bonne hauteur) ou “lagom varmt” (la chaleur optimale).

Badkruka : quelqu’un qui refuse d’entrer dans l’eau, comme une piscine ou un lac.

Fika : prendre une tasse de thé ou de café, peut-être du gâteau, au cours d’une bonne vieille conversation.

Gökotta : se lever à l’aube pour sortir et écouter les oiseaux chanter.

Harkla : le petit bruit de toux que l’on fait avant de prononcer un discours.

Mambo : quelqu’un qui vit toujours avec sa mère.

Orka : avoir assez d’énergie pour faire quelque chose.

Särbo : un point particulier dans une relation avant “petit ami”/”petite amie”.

Tretår : une deuxième recharge d’une tasse de café; un “triple remplissage”.

Vabba : rester à la maison avec les enfants, généralement quand ils sont malades.

Vaska : acheter deux bouteilles de champagne dans un bar, puis en verser une dans l’évier pour montrer à quel point vous êtes riche.

Finlande

Jaksaa 

Nan… je ne pense pas que je jaksaa…” Si quelqu’un demande à un Finlandais s’il veut sortir ce soir, le Finlandais peut répondre avec cette phrase énigmatique. Il exprime le manque d’entrain pour faire quelque chose. Après tout, les Finlandais ont la réputation d’être des introvertis silencieux et ils ne prennent pas la peine de le cacher. Jaksaa est un verbe pratique qui les aide dans leur paresse, car il peut être utilisé dans de nombreuses situations. On se demande vraiment pourquoi ce mot n’existe pas dans d’autres langues…

Kalsarikänni : se saouler (seul) à la maison en sous-vêtements sans intention de sortir.

Kyykkyviini : “vin de squat”, le vin le moins cher et souvent pas de grande qualité.

Lintukoto : “la maison des oiseaux”, un endroit sûr où les gens sont protégés des problèmes du monde.

Löyly : la vapeur que vous obtenez dans le sauna lorsque vous jetez de l’eau sur le poêle du sauna.

Pilkunnussija : “baiseur de virgules”, une personne dont le seul but dans la vie est de s’assurer que vous comprenez à quel point vos compétences grammaticales sont mauvaises.

Sisu : être têtu, déterminé et parfois stupidement courageux.

Tosikko : “nuits polaires”, la période entre novembre et février où le soleil se couche pendant trois mois.

Danemark

Hygge

Des bols chauds de bouillie aux dîners aux chandelles, le mot hygge est connu comme l’art du confort et comment le pratiquer. Le Hygge consiste à s’entourer de choses qui rendent la vie agréable, comme l’amitié, le rire et la sécurité, ainsi que des choses plus concrètes comme la chaleur, la lumière, les aliments et les boissons de saison.

Arbejdsglæde : “bonheur au travail”, le sentiment de bonheur provoqué par un travail satisfaisant.

Hils : “donne mes respects à untel ou untel” ou “passe le bonjour à untel ou untel de ma part”.

Mormor/farmor: une grand-mère maternelle (littéralement la maman de maman) / une grand-mère paternelle (la maman de papa).

Morgenfrisk : la sensation de repos après une bonne nuit de sommeil.

Politikerleden : le dégoût pour la politique et les politiciens.

Stemmesluger : “un avaleur de votes”, un politicien qui reçoit beaucoup de voix lors d’une élection.

Pays-Bas

Voorpret

Excité par les vacances d’été imminentes ? Ou les prochaines fêtes de Noël ? Voorpret est le mot dont vous avez besoin ! Il signifie littéralement “pré-fun” – vous savez ? Ce sentiment de plaisir que vous pouvez ressentir avant qu’un événement n’ait réellement lieu. Vous ferez l’expérience du voorpret par exemple lorsque vous parcourrez des brochures avant de partir en voyage ou que vous sentirez l’odeur d’un gâteau avant de le manger.

Afbellen : annuler des projets ou rendez-vous par téléphone.

Borrel : un rassemblement informel au pub.

Gedogen : fermer les yeux sur quelque chose, ou choisir de ne pas appliquer certaines lois.

Ochtendhumeur : “l’humeur du matin”, l’humeur nauséabonde que beaucoup de gens ressentent lorsqu’ils se sont levés tôt le matin.

Pretoogjes : “yeux amusants”, les yeux d’une personne qui rit et/ou qui
prépare un coup.

Uitbuiken : s’asseoir après un long repas et laisser son “ventre sortir”.

Uitwaaien : se promener (souvent sur la côte) pour se vider la tête dans le vent.

Uitzieken : attendre qu’une maladie passe et se rétablir complètement.

 

Belgique

Dépaysement

Ce mot intraduisible en français définit ce sentiment particulier de bien-être ressenti lorsque l’on n’est pas chez soi, d’être étranger. C’est un mélange de désorientation, de choc culturel et de plaisir associé à un nouvel environnement. Il existe de nombreuses nuances de Dépaysement, de la sensation agréable d’être loin de chez soi à la désorientation d’être placé en dehors de sa zone de confort.

Allemagne

Schadenfreude

Peu de mots capturent autant de sens que le Schadenfreude allemand : il désigne la joie sombre et complexe que nous ressentons tous, de temps en temps, lorsque nous apprenons le malheur d’autrui. Un élève peut secrètement se réjouir lorsque son plus grand concurrent en classe échoue à un test, ou une personne peut prendre plaisir à apprendre les mésaventures de son ex-conjoint. Si vous deviez vous représenter le Schadenfreude, ce serait le personnage de Nelson, dans la série The Simpsons, qui rit en permanence du malheur des autres.

Aktivansteher : une personne douée pour faire la queue et attendre son tour.

Backpfeifengesicht : un visage qui a grand besoin d’une bonne baffe, une tête-à-claques.

Balkonsonnenbader : une personne qui bronze sur son balcon.

Erklärungsnot : le besoin urgent de devoir vous expliquer rapidement.

Fernweh : le besoin de découvrir des terres étrangères, l’envie de voyager.

Geborgenheit : un sentiment de sécurité.

Kuddelmuddel : un état chaotique absolu, un grand désordre, comme une chambre d’enfants ou une maison après une fête.

Kummerspeck : “bacon de deuil”, la frénésie alimentaire qui suit un choc émotionnel.

Luftschloss : quelqu’un  qui a besoin d’être urgemment ramené sur terre/à la réalité.

Schnapsidee : le genre d’idée qui semble brillante après quelques verres et qui paraît ridicule au petit matin.

Treppenwitz : “blague dans l’escalier”, penser à une contrepartie/remarque  pleine d’esprit longtemps après avoir entendu une plaisanterie.

Verschlimmbessern : aggraver quelque chose en essayant de l’améliorer.

Waldeinsamkeit : le sentiment d’être seul dans les bois.

Wanderkartenfalschfalter : personne qui ne plie pas correctement les cartes de randonnée.

Warmduscher : “doucheur chaud”, une personne qui est considérée comme faible ou lâche.

Autriche

Torschlusspanik

Certaines cultures utilisent le terme d'”horloge biologique”, mais les Autrichiens ne sont pas connus pour être très subtils ! Leur Torschlusspanik signifie littéralement “panique de la porte qui se ferme” et ajoute une couche psychologique au concept et à la terreur du vieillissement. En un mot, il exprime la peur de perdre des opportunités avec l’âge. Il est le plus souvent associé aux femmes qui mènent une course contre l’horloge pour se marier et avoir des enfants.

Suisse

S’encoubler

Nous savions déjà que les Suisses étaient vraiment inventifs : ils ont donné au monde leur fameux couteau suisse. Ils ont un peu moins réussi à exporter leur verbe “s’encoubler” malgré sa grande utilité potentielle dans la partie francophone du pays. Cela signifie trébucher, perdre l’équilibre ou même tomber, parce que l’on s’est pris un câble dans les pieds. Aïe !

Italie

Gattara

La Gattara est tout simplement une “femme à chat” – un archétype culturel, souvent représenté comme une femme célibataire, d’âge moyen ou âgée, qui possède de nombreux chats de compagnie ou qui nourrit des chats errants. Le terme peut être considéré comme péjoratif ou peut être adopté par ironie – nous avons même vu des pizzeria appelées Gattara. Vous avez déjà rencontré ce genre de personnage dans la série The Simpsons : elle s’appelle Crazy Cat Lady et jette ses chats comme des fruits mûrs…

Abbiocco : l’état de somnolence qui suit un gros repas.

Baffona : une femme à moustache

Culaccino : la marque que vous obtenez lorsque vous posez un verre froid ou humide sur une table.

Meriggiare : une sieste à midi dans un endroit ombragé.

Menefreghista : quelqu’un qui ne se soucie pas, généralement de la communauté, des thèmes sociaux ou politiques, ou de tout ce que les autres considèrent important.

Slampadato : la dépendance à la lumière UV des salons de bronzage.

Spaghettata : un rendez-vous tard le soir avec des amis pour préparer quelque chose de rapide à manger et ainsi terminer la soirée.

Pantofolaio : “porteur de pantoufles”, quelqu’un qui préfère rester au calme à la maison.

Slovénie

Vedriti

Saviez-vous que la Slovénie est parfois appelée “le côté ensoleillé des Alpes” ? Cela peut donc surprendre que leur mot intraduisible soit un verbe qui signifie “s’abriter de la pluie” ! Il faut l’avouer : c’est à la fois poétique et très utile. Mais une question demeure : comment se fait-il que ce verbe plutôt pratique n’existe pas dans d’autres langues ?

Hrepenenje : se sentir nostalgique de quelque chose qui ne s’est pas encore produit.

Tchéquie

Litost

De manière assez amusant, ce mot signifierait presque l’opposé du mot allemand (loin de nous l’idée de juger, mais vous pouvez tirer vos propres conclusions sur les valeurs morales de l’Allemagne contre celles de la Tchéquie). Litost désigne un état d’agonie et de tourment créé par la vue soudaine de la misère de quelqu’un. L’écrivain tchèque Milan Kundera a déclaré que ce mot était en effet intraduisible, mais en même temps essentiel pour comprendre l’âme humaine.

Čecháček : un tchèque à l’esprit étriqué.

Fiflena : une femme obsédée par les vêtements.

Fotrovatět : se faire une tartine pour se mettre en forme.

Kverulant : une personne qui se plaint tout le temps.

Nároží : l’espace au coin d’un immeuble.

Odkoukat : apprendre en regardant.

Ráčkovat : prononcer incorrectement ses R.

Umrlčina : l’odeur d’un cadavre.

Vybafnout : sauter et dire “bouh” (pour faire peur à quelqu’un).

Vykňourat (něco) : obtenir (quelque chose) en pleurnichant.

Slovaquie

Prezvoniť

Vous avez épuisé votre forfait mobile ? Mais vous voulez toujours parler à vos amis ? Prezvoniť est le mot dont vous avez besoin ! Cela signifie appeler un téléphone portable et le laisser sonner une seule fois, afin que votre ami sache qu’il ou elle doit vous rappeler. Vous ne dépenserez pas d’argent (mais vous passerez certainement pour un radin…). Ce mot existe en tchèque et en slovaque (il s’écrit Prozvonit en tchèque). En espagnol, l’expression “dar un toque” signifie à peu près la même chose.

Dojížďák : “le finisseur”, un vieil homme qui hante les pubs et bondit sur les quelques centimètres de bière laissés dans les verres des clients qui partent.

Neznaboh : “celui qui ne connaît pas Dieu”.

Podieť sa : disparaître, se perdre, mais aussi trouver refuge, abri.

Prehadzovač : “celui qui les mets à la renverse”, des hommes plus âgés qui peignent les quelques mèches de cheveux qu’ils leur restent encore sur la tête pour couvrir le crâne et créer une impression de jeunesse.

Seriózny : une personne fiable et sobre.

Ušiplesk : quelqu’un avec des oreilles exceptionnellement grandes.

Vysvetľovať : faire la lumière/expliquer la langue slovaque.

Pologne

Formacja

Nous appartenons toute notre vie à une seule et unique Formacja. En sciences sociales, ce concept polonais désigne un état d’esprit et une culture propres à une génération – comme la génération Y ou la génération X. Si vous deviez vous rapprocher de son sens, il faudrait mélanger les concepts de “classe” et de “génération”.

Dozywocie : contrat parental avec des enfants leur garantissant un accompagnement à vie.

Kilkanaście : un nombre compris entre 12 et 19.

Radioukacz : télégraphiste pour les mouvements de résistance du côté soviétique du rideau de fer.

Zalatwic : obtenir quelque chose, mais d’une manière très spécifique – en utilisant un pot-de-vin, une influence politique ou des relations, ou tout simplement son charme personnel.

Lituanie

Knygnešys

Si vous deviez vraiment accomplir la tâche peu enviable de traduire ce mot intraduisible en français, le plus proche que vous obtiendriez serait “porteur de livre”. À l’époque où le tsar russe restreignait la liberté de la presse, les Knygnešiai ont préservé et sauvé la langue et la culture lituaniennes en transportant des livres illégaux imprimés en Prusse.

Nepakartojama : une situation parfaite qui ne se reproduira plus jamais.

Neprieinamas : quelqu’un de vraiment difficile à séduire.

Pasikaustęs : une personne qui a tout le talent, les compétences et la chance pour réussir.

Sielvartas : “dégringolade de l’âme”, un grand chagrin ou ressentiment.

Vabzdulynas : “invasion d’insectes”, l’incapacité de marcher librement, en raison du grand nombre de touristes.

Lettonie

Kaapshljmurslis

Tout le monde connaît le sentiment d’être à l’étroit dans les transports publics aux heures de pointe. Mais seuls les Lettons ont un mot pour exprimer ce sentiment de malaise aux heures de pointe, celui qui vous pousse à vouloir crier sur tout le monde, ou même les insulter. D’autant plus inventif quand on fait remarquer qu’ils n’ont même pas de lignes de métro à Riga…

Divvientulība : deux personnes se contentant de leur compagnie, sans besoin d’autres personnes.

Estonie

Leiliviskaja

Cela peut sembler un peu cliché, mais les Estoniens aiment vraiment leur sauna et ont développé de nombreuses traditions étranges liées à celui-ci. Il n’est donc pas surprenant qu’ils aient même adapté leur vocabulaire aux traditions locales. Dans ce contexte (chaud), le Leiliviskaja est la personne qui ajoute de la vapeur dans le sauna en jetant de l’eau sur des pierres chaudes. Aucune autre langue n’a pensé à leur donner un nom !

Liigud : une petite célébration après avoir effectué un achat, comme acheter un réfrigérateur, une télévision ou une maison.

Mamihlapinatapai : un regard partagé entre deux personnes, souhaitant chacune que l’autre fasse le premier pas.

Otfutbolit : se débarrasser d’un pétitionnaire en lui disant de postuler ailleurs.

Viitsima : l’état de ne pas être trop paresseux ou désintéressé pour faire quelque chose.

Biélorussie

талака (Talaka)

C’est une pratique courante en Biélorussie de s’entraider pour travailler dans la maison ou le champ de quelqu’un. Cette forme d’entraide dans une communauté ou un village s’appelle Talaka – et est à bien des égards assez charmante et inspirante. La personne qui aide ne s’attend à rien d’autre qu’un bon repas partagé à la fin de la journée en retour.

Асалода (Asaloda) : la douceur et le charme particuliers de l’instant, le luxe de profiter de la vie.

Щымлива (Ščymliva) : une sensation de chagrin qui peut être agréable et douloureux à la fois.

Захапленне (Zahaplennie) : se sentir fasciné et charmé par quelque chose ou quelqu’un.

Ukraine

голодомо́р (Holodomor)

Un mot historique pour une réalité historique (très triste). Holodomor signifie littéralement “l’extermination par la faim”. Il s’agit d’une famine provoquée par l’homme en Ukraine soviétique entre 1932 et 1933 qui a tué entre 2,6 et 5 millions d’Ukrainiens. Elle est également connue sous le nom de terreur-famine et famine-génocide en Ukraine et parfois appelée la grande famine. Par extension, ce mot est devenu synonyme de “faim”, “peste” et “torture” également.

Кохання (Kohannya) : un sentiment de profonde affection sincère pour une personne.

Краплинка (kraplynka) : un tout petit quelque chose.

Затишок (zatyshok) : un endroit calme et confortable, protégé du vent.

Roumanie – Moldavie

Dor

Tous les Roumains sont amoureux de ce mot. Le mot lyrique dor signifie en effet quelque chose comme “quelqu’un qui nous manque” ou, si c’est d’un endroit dont vous vous sentez nostalgique, “quelque chose qui nous manque”. Sa traduction littérale serait : “Je veux voir ça/lui”. Il vient du mot français douleur. Dor est utilisé pour exprimer le manque, ainsi que le sentiment doux-amer que vous pouvez ressentir dans ces moments.

Nădejde : avoir foi en quelqu’un et lui faire confiance.

Stingher : se sentir seul, incomplet et instable tout en ressentant de la tristesse, du chagrin et de la misère.

Vrednic : quelqu’un digne de recevoir quelque chose.

Hongrie

Házisárkány

Házisárkány se traduit littéralement par “dragon domestique” et c’est un joli surnom pour votre femme à la maison. Ne vous inquiétez pas, cependant – nous ne connaissons personne qui utiliserait sérieusement ce mot pour décrire son autre moitié. C’est plutôt ironique et une blague inoffensive et nous vous encourageons fortement à continuer de la traiter comme telle ! Ce mot a probablement émergé en raison du stéréotype de la ménagère tenace et constamment insatisfaite.

Bumfordi : quelqu’un dont le mouvement est inepte et lent, tandis que son esprit n’est généralement pas le plus vif non plus.

Elmosolyodni : quelque chose de beaucoup plus subtil qu’un sourire plein et entier, une micro-expression se formant autour de vos lèvres au début d’un sourire.

Elvágyódás : le désir de s’éloigner de l’endroit où vous vous trouvez actuellement.

Hiányérzet : le sentiment de manquer quelque chose que vous ne pouvez pas vraiment identifier.

Nebáncsvirág : une personne offensée très facilement.

Meghazudtol : faire apparaître quelqu’un comme un menteur en mentant sur ce qu’il a fait ou n’a pas dit.

Mentegetőzik : la tentative de s’expliquer après un mauvais comportement.

Piszmogás : toujours garder les apparences mais en fait ne rien apporter d’utile au travail.

Polgárpukkasztás : “les citoyens explosifs”, quelqu’un qui choque la bourgeoisie.

Tutyimutyi : une personne de faible volonté qui craint chaque action.

Croatie – Monténégro

Milozvučan

Les chants en voiture sont le moment idéal pour mieux connaître vos amis. Vous pouvez tous rire de vos capacités de chant et du fait qu’aucun d’entre vous ne connaît vraiment les paroles. Cependant, que se passe-t-il s’il apparaît qu’un de vos amis est en fait dote d’un talent caché ? Dans les langues parlées en Bosnie, Croatie et Serbie, il y a un mot spécial pour ceux qui sont doués d’une belle voix chantante. Ils sont appelés milozvučan, ce qui signifie littéralement “à consonance douce”.

Serbie – Bosnie Herzégovine

ѝна̄т (Inat)

Il n’y a rien qui puisse égaler cela, et c’est le sentiment qui résume le mieux le monde étrange et merveilleux des Serbes. Inat est une expression qui se traduit par “entêtement”, “obstination” ou “dépit”. Toutes ces traductions sont en corrélation avec l’inat serbe, mais aucune ne parvient vraiment à transmettre l’idée parfaitement. Alors qu’est-ce qu’Inat ? C’est une mère qui gronde son enfant pour son mauvais comportement, mais qui est secrètement fière de l’enfant pour tout ce qu’il a fait. C’est quelqu’un qui sait qu’il prend la mauvaise route, mais qui continue quand même…

мерак (Merak) : un sentiment de joie et d’unité avec l’univers dérivé de plaisirs simples.

Умий се (Umij se) : une éclaboussure d’eau sur votre visage.

Згабалй (Zgabalj) : un mélange de toutes les mauvaises choses du monde, combinées.

Macédoine du Nord

Petchalba

Ce mot ne s’applique qu’aux hommes – mais il faudrait également qu’il existe pour les femmes. Il s’agit du rite au cours duquel les jeunes hommes quittent leur maison juste après leur mariage pour faire fortune dans le monde avant de revenir sur leur lieu de naissance. Ce phénomène social, né dans l’Empire ottoman, est désormais un rite de passage pour tout homme en Macédoine du Nord !

Albanie

Klloshar

Le mot Klloshar provient du mot français “clochard” mais il désigne autre chose qu’un mendiant ou sans domicile fixe. En Albanie, il est souvent utilisé comme une insulte ou un juron et a pris le sens d’un type particulier de loser, d’une personne stupide ou imbécile – quelque chose de proche du jerk en anglais.

Bulgarie

Айляк (Ailyak)

Il s’agit de la version bulgare du hakuna matata africain ou du dolce far niente italien. Le mot est intraduisible et comprend l’art de tout faire lentement, sans précipitation, en appréciant le processus et la vie en général. Le concept ailyak vient de la ville de Plovdiv : ses habitants sont célèbres pour leurs longues promenades dans les deux sens le long de la principale rue piétonne.

чародей (čarodej) : un sorcier, magicien, nécromancien, enchanteur bulgare.

Гадже (gadge) : une relation qui n’est pas très sérieuse et qui est souvent utilisée par les jeunes à l’école ou lorsqu’ils plaisantent ou gardent la conversation informelle.

Шушон (Šušon) : une chaussette en laine tricotée à la main.

Grèce

φιλότιμο (Filotimo)

Le mot le plus intraduisible, exigeant et vraiment mystérieux de la langue grecque est le mot Filotimo. Littéralement, bien sûr, cela signifie “ami d’honneur”. Mais Filotimo, c’est beaucoup, beaucoup plus. Filotimo implique la fierté personnelle, la dignité, le courage, le devoir, le sacrifice et surtout exige le respect et une profonde liberté personnelle. Le philosophe Thales a dit un jour : “Filotimo pour le grec, c’est comme respirer. Un Grec n’est pas un Grec sans lui. Il pourrait tout aussi bien ne pas être vivant“.

Κέφι (kefi) : l’esprit de joie, de passion et d’enthousiasme qui submerge l’âme et nécessite une libération.

Κελεπούρι (Kelepúri) : une affaire exceptionnelle (littéralement) ou une découverte spectaculaire (métaphoriquement).

Κεράσματα (kerasmata) : babiolles que vous avez à portée de main à votre domicile en tout temps au cas où un invité viendrait.

Μάγκας (Mángas) : un homme qui se présente comme trop sûr de lui, fort, courageux ou intelligent, et généralement d’une manière trompeuse et provocante.

Μεράκι (meraki) : actions qui viennent du cœur, comme un travail d’amour.

Γρουσούζης (Groosoozis) : quelqu’un qui n’est pas seulement un peu malchanceux, mais un aimant pour le malheur.

παρέα (Parea) : un groupe d’amis qui se réunissent pour ne rien apprécier d’autre que partager leurs expériences de vie, leurs philosophies, leurs valeurs et leurs idées.

ψιθύρισµα (psithurisme) : le bruit des feuilles bruissant dans le vent.

Turquie

Yakamoz

Yakamoz est le beau clair de lune chatoyant qui se reflète sur l’eau la nuit. Il a été élu le plus beau mot du monde et est souvent utilisé en poésie pour son attrait romantique. Il n’existe pas un tel mot en français. Il… euh… est également utilisé comme nom de restaurants dans toute la Turquie pour la même raison ! Bon appétit !

Κέφι (kefi) : l’esprit de joie, de passion et d’enthousiasme qui submerge l’âme et nécessite une libération.

Κελεπούρι (Kelepúri) : une affaire exceptionnelle (littéralement) ou une découverte spectaculaire (métaphoriquement).

Κεράσματα (kerasmata) : babiolles que vous avez à portée de main à votre domicile en tout temps au cas où un invité viendrait.

Μάγκας (Mángas) : un homme qui se présente comme trop sûr de lui, fort, courageux ou intelligent, et généralement d’une manière trompeuse et provocante.

Μεράκι (meraki) : actions qui viennent du cœur, comme un travail d’amour.

Γρουσούζης (Groosoozis) : quelqu’un qui n’est pas seulement un peu malchanceux, mais un aimant pour le malheur.

παρέα (Parea) : un groupe d’amis qui se réunissent pour ne rien apprécier d’autre que partager leurs expériences de vie, leurs philosophies, leurs valeurs et leurs idées.

ψιθύρισµα (psithurisme) : le bruit des feuilles bruissant dans le vent.

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez peut-être aussi :

Fermer le menu