Chansons à boire européennes

“L’Europe a une immense culture et une histoire surprenante. Le plus important pourtant est que les gens là-bas savent vivre ! En Amérique, ils ont tout oublié à ce sujet. J’ai bien peur que la culture américaine soit un désastre.”

Johnny Depp

Un Allemand, un Irlandais et un Français entrent dans un bar.. Bon, on connait tous comment l’histoire commence… Mais savez-vous seulement comment elle se termine ? Parce que, après quelques bonnes blagues et au moins autant de bières, l’Allemand, l’Irlandais et le Français auront tôt fait de se chauffer. Bientôt, ils s’époumoneront sur les airs de leurs chansons à boire préférées et le bar deviendra un vrai bordel européen… Vous voulez les rejoindre ? Pas de problème, la maison européenne est ouverte. Assurez-vous toutefois de pouvoir chanter avec eux. Parce que la chanson à boire espagnole s’accompagne d’une petite chorégraphie, l’italienne implique un jeu de rôle assez pointu et la mélodie suisse nécessitera une bonne connaissance du yodel. Soyez pourtant rassurés, EuropeIsNotDead vous a préparé le terrain avec cette liste de chansons à boire européennes… Vous pourrez ainsi lire, écouter et apprendre les chansons à boire de tous vos voisins européens. Et ça, ce n’est pas rien ! Allez, joignez-vous à la fête !

Portugal

play_circle_filled
pause_circle_filled
Cá da Malta
volume_down
volume_up
volume_off

Entrez ! N’ayez pas peur ! Les Portugais vous accueillent dans leur maison avec un bon vin de Porto et une chanson étrange qui ressemble à : “e se o (nome) quer ser cá da malta, tem de beber este copo até o fim, e vai pra cima e vai pro baixo e vai pro centro, e vai pro dentro e vai pro dentro e vai pro dentro…!”. Si votre connaissance du portugais est limitée, vous serez un peu perplexe. Pas de panique ! Sachez seulement que la chanson signifie en fait en français: “et si, (prénom) veut faire partie de la bande, il/elle doit boire cette coupe jusqu’à ce qu’elle soit vide, et la coupe va en haut, et la coupe va en bas et elle va au centre et elle va dedans, et elle va dedans…” Maintenant, vous êtes prêt à faire partie de la bande portugaise et à agir en conséquence. Vous pourrez même bientôt répliquer la chanson aux nouveaux venus. Bien sûr, comme ils l’ont fait pour vous, il vous faudra incorporer le nom de la personne au début de la chanson si vous voulez le voir boire.

…e se o (nome)
quer ser cá da malta,
tem de beber este copo até o fim,
e vai pra cima,
e vai pro baixo,
e vai pro centro,
[e vai pro sexo],
e vai pro dentro,
e vai pro dentro,
e vai pro dentro…!

…et si (prénom)
veut faire partie de la bande,
il/elle doit boire cette coupe jusqu’à ce qu’elle soit vide,
et la coupe va en haut,
et elle va en bas,
et elle va au centre,
[et elle va au sexe],
et elle va dedans,
et elle va dedans,
et elle va dedans…!

Espagne

play_circle_filled
pause_circle_filled
¡Arriba, Abajo, al Centro, y pa’dentro!
volume_down
volume_up
volume_off

Mais que font donc tous ces jeunes espagnols dans la rue ? Se sont-ils vraiment rassemblés ici pour boire ? Vous ne comprenez pas ? “Ça”, c’est le célèbre botellón littéralement la “grande bouteille” – l’un des passe-temps favoris des Espagnols qui teste sérieusement la tolérance innée des ibères pour le bruit. L’appeler une tradition est peut-être un peu poussé, mais si vous avez l’opportunité de rejoindre un botellón un jour dans votre vie, fonçez ! À cette occasion, vous aurez la chance de déguster de bonnes bières espagnoles, des fromages et du bon pain, mais surtout, vous devrez élever votre verre et prononcer la célèbre phrase : “¡Arriba, Abajo, al Centro, y pa’dentro!” Ce toast espagnol typique signifie simplement : “En haut, en bas, au milieu et dedans”. Vous devrez juste suivre les règles du toast avant de recommencer, encore, encore et encore… jusqu’à épuisement.

Arriba,
Abajo,
Al Centro,
y pa’dentro!

En haut,
En bas,
Au milieu,
et dedans!

France

play_circle_filled
pause_circle_filled
51 Je t’Aime
volume_down
volume_up
volume_off

Imaginez-vous en terasse d’un de ces milliers de cafés du sud de la France. Le soleil brille, vous avez déjà englouti une délicieuse baguette et du bon fromage et vous observez maintenant des Français jouer à la pétanque. Que commander ? Du Pastis bien sûr ! Cette liqueur à l’anis est la boisson nationale par excellence. Lorsque vous commandez du pastis, le serveur vous proposera soit un 51, un Pernod ou un Ricard  pas de panique, c’est à peu près la même chose. En fonction de son humeur, il vous servira une portion généreuse avec une carafe d’eau assez vintage. Et vous commencerez à profiter de votre 51, sans même remarquer qu’il ne contient (que) 45° d’alcool. Le Pastis exige par contre une ambiance appropriée. Le boire est toute une philosophie. Les Français le louent si bien qu’ils l’ont même consacré dans leur chanson à boire la plus célèbre : “51 je t’aime“. Ses paroles sont sans équivoque : “51 je t’aime, j’en boirais des tonneaux. A me saouler par terre. Sous les noix de coco“. Et quoi maintenant… Un autre pastis, garçon !

51 je t’aime J’en boirais des tonneaux (des tonneaux) A me rouler par terre Sur des noix de coco Si toi tu m’abandonnes Moi je m’empoisonne Avec cette bombonne De ce liquide jaune 51 je t’aime J’en boirais des tonneaux (des tonneaux) A me rouler par terre Sur des noix de coco Basile est au Brésil Il danse la samba (la samba) Il va de ville en ville Montrer ses petits pas 51 je t’aime J’en boirais des tonneaux (des tonneaux) A me rouler par terre Sur des noix de coco Basile est au comptoir Il sert l’apéro (l’apéro) Il va de verre en verre Les remplir de Pernod 51 je t’aime J’en boirais des tonneaux (des tonneaux) A me rouler par terre Sur des noix de coco.

Irlande

play_circle_filled
pause_circle_filled
The Irish Rover
volume_down
volume_up
volume_off

Les chansons à boire sont peut-être une invention irlandaise en fait. La culture des pubs irlandais n’est pas quelque chose que les Irlandais suivent de manière occasionnelle, mais davantage un vrai mode de vie. De nombreux pubs irlandais sont en fait simplement des salons dans lesquels il suffit de poser une tireuse et de l’agrémenter d’une bonne sélection de liqueurs fortes. C’est un fait, les Irlandais ont souvent leur lieu de biture préféré, avec de la musique live et de la bière à flot. Que vous soyiez Guinness ou whisky, ou que vous souhaitez juste apprécier la vie de pub en général, rejoignez un groupe d’Irlandais, et ne les lacher plus. Pour vraiment entrer dans l’ambiance, vous aurez encore besoin de musique traditionnelle Irlandaise. La folie du rythme de la chanson à boire The Irish rover vous propulsera immédiatement dans l’ambiance festive. C’est en fait une vieille chanson folklorique irlandaise à propos d’un voilier magnifique, quoique improbable, qui s’embarque vers une fin malheureuse…

On the fourth of July eighteen hundred and six
We set sail from the sweet cove of Cork
We were sailing away with a cargo of bricks
For the grand city hall in New York
‘Twas a wonderful craft, she was rigged fore-and-aft
And oh, how the wild winds drove her
She’d stood several blasts, she had twenty-seven masts
And we called her the Irish Rover

We had one million bags of the best Sligo rags
We had two million barrels of stones
We had three million sides of old blind horses’ hides
We had four million barrels of bones
We had five million hogs, had six million dogs
Seven million barrels of porter

We had eight million bales of old nanny goats’ tails
In the hold of the Irish Rover

There was old Mickey Coote who played hard on his flute
When the ladies lined up for his set
He was tootin’ with skill for each sparkling quadrille
Though the dancers were fluther’d and bet
With his sparse witty talk he was cock of the walk
And he rolled the dames under and over
They all knew at a glance when he took up his stance
And he sailed in the Irish Rover.

Sur la quatrième de Juillet, dix-huit cents et six
Nous mit à la voile de la baie de Cork douce
Nous avons navigué loin avec une cargaison de briques
Pour le Grand City Hall de New York
‘Twas un merveilleux métier
Elle a été truqué avant en arrière
et oh, comment le vent sauvage a conduit son
Elle se tenait plusieurs explosions
Elle avait vingt-sept mâts Et on l’appelait The Irish Rover

Nous avons eu un million de sacs de meilleurs chiffons Sligo
Nous avions deux millions de barils de pierre
Nous avions trois millions côtés de vieux chevaux aveugles cache
Nous avons eu quatre millions de barils des os
Nous avons eu cinq millions de porcs
et six millions de chiens
Sept millions de barils de porter

Nous avons eu huit millions de ballots de queues de vieilles chèvres
Dans la cale du Rover irlandaise

Il était poinçon Mickey Coote
Qui a joué dur sur sa flûte
Quand les dames alignés pour un ensemble
Il était tootin ‘avec habileté
pour chaque quadrille mousseux
Bien que les danseurs ont été fluther’d et parier
Avec sa puce talk esprit
il était queue de la marche
et il roula les dames sous et sur
Ils ont tous connaissait un coup d’oeil
Quand il a pris sa position
qu’il a navigué dans The Irish Rover

Royaume-Uni

play_circle_filled
pause_circle_filled
Swing Low, Sweet Chariot
volume_down
volume_up
volume_off

Vous vous souvenez de ce jour où vous étiez calmement assis dans un pub britannique avec des amis et appréciez une bonne bière brune et quelques doux mets britanniques ? Vous vous rappelez quand, tout à coup, un groupe de rugbymen bâtis comme des armoires à glaces est entré en trombe, hurlant à tue-tête et envahissant tout l’espace ? Vous vous rappelez maintenant de ce chant qu’ils ont commencé à chanter ? Elle était un peu lente et étrange et ils faisaient des gestes obscènes en chantant. Et bien, cette chanson, c’était Swing Low, Sweet Chariot et est particulièrement appréciée des membres du Hash House Harriers, des joueurs de rugby comme des pilotes de l’armée de l’air. Selon les règles des chansons, la première personne à ne pas suivre correctement les gestes de la chanson devra payer la prochaine tournée. Pas de panique, EuropeIsNotDead vous aide à faire face à ces règles complexes avec les paroles et leurs traductions ci-dessous. Mais qu’est-ce qu’on est gentils…

[Chorus] Swing low, sweet chariot Coming for to carry me home Swing low, sweet chariot Coming for to carry me home I looked over Jordan and what did I see Coming for to carry me home A band of angels coming after me Coming for to carry me home [Chorus] If you get there before I do Coming for to carry me home Tell all my friends I’m coming too Coming for to carry me home [Chorus] Sometimes I’m up and sometimes I’m down Coming for to carry me home But still my soul feels heavenly bound Coming for to carry me home [Chorus]

[Refrain]
Balance toi doucement, doux chariot
Venu me porter chez moi
Balance toi doucement, doux chariot
Venu me porter chez moi

Je regardais le Jourdain et qu’ai je donc vu
Venu pour me porter chez moi
Une bande d’anges arrivait vers moi
Venu pour me porter chez moi

[Refrain]

Si vous arrivez avant moi
Venu me porter chez moi
Prévenez mes amis que je viens aussi
Venu me porter chez moi

[Refrain]

Parfois je suis bien et parfois déprimé
Venu me porter chez moi
Mais toujours mon âme se sent relié aux cieux
Venu me porter chez moi

[Refrain]

Norvège

play_circle_filled
pause_circle_filled
Ol, øl og mere øl
volume_down
volume_up
volume_off

Avez-vous déjà entendu parler de “snapsvisa“? C’est le mot que les Scandinaves ont inventé pour se référer à leur étrange habitude de chanter avant de prendre un verre – ou, comme vous le devinez peut-être, un “snaps” en norvégien. Pas de mauvais tour ici, la chanson norvégienne est aussi simple qu’une comptine ! Tout ce que vous devez savoir, c’est que “øl” signifie “bière”, “og” signifie “et”, et “mere“, “plus”. Ah ces Scandinaves ! Nous savions qu’ils étaient brillants, mais pas au point d’élaborer des chants aussi profonds… øl og mere øl a été écrit par un groupe bien connu de Namsos appelé 3 Busserulls. C’est maintenant un incontournable des soirées et bars norvégiens…

Øl, øl og mere øl
(Ha ha ha ha)
Det e det skjønnaste eg vet
Øl, øl og mere øl
(Ha ha ha ha)

Det e og blir min store kjærlighet
Ja, noen elsker kaffe
Og schnapps av fingerbøl
Men spar meg for andre laster
Enn øl, øl, øl.

De la bière, de la bière et plus de bière (Ha ha ha ha) C’est la plus belle chose que je connaisse De la bière, de la bière et plus de bière (Ha ha ha ha) C’est et sera toujours mon grand amour Oui, certains aiment le café Et le petit schnaps en shot, Mais garde-moi pour cette tournée Que de la bière, la bière, la bière.

Suède

play_circle_filled
pause_circle_filled
Helan Går
volume_down
volume_up
volume_off

Les voilà, les Suédois ! On les avait perdus vers la fin du mois de juin pour qu’ils célèbrent leur fameux midsummer  cette période de l’année centrée sur la célébration du solstice d’été. Nous les avions laissés ériger un énorme poteau au centre de leur village et faire la danse de la grenouille autour (oui, oui!). Ils chantent maintenant des chansons à boire suédoises célèbres, ou snapssång comme ils les appellent. L’une d’entre elles, en particulier, résonne particulièrement à nos oreilles : Helan Går. Helan (“le tout”) est une expression qui signifie le premier (petit) verre de digestif (généralement de l’akvavit ou de la vodka) d’une série, et går signifie “descente”. Ne la ratez surtout pas ! Pour les non-scandinaves, la chanson signifie simplement:“Le tout descend ; ‘hup fol-de-rol la la’ ; Et celui qui ne prend pas le tout ; N’en aura pas la moitié pour autant ; Le tout descend” Euh, pardon ? Cette mélodie vous rappelle quelque chose ? Vous avez bonne mémoire ! La version instrumentale de cette chanson était en effet l’une des sonneries possibles sur les téléphones mobiles Nokia une sorte d’ode au patrimoine scandinave.

Helan går
Sjung hopp faderallan lallan lej
Helan går
Sjung hopp faderallan lej
Och den som inte helan tar
Han heller inte halvan får
Helan går
(Drink)
Sjung hopp faderallan lej

Le tout descend
‘hup fol-de-rol la la’
Le tout descend
‘hup fol-de-rol la la’
Et celui qui ne prend pas le tout
N’en aura pas la moitié pour autant
Le tout descend
(boire)
‘hup fol-de-rol la la’

Finlande

play_circle_filled
pause_circle_filled
Juomalaulu
volume_down
volume_up
volume_off

Juon, juon, minäpoika juon. Minä tykkään olla kännissä. Juon, juon, minäpoika juon. Tahdon heilua hulluna humalassa.” Ce sont certainement beaucoup trop de voyelles pour une chanson ! Surtout si vous vous sentez déjà un peu ivre. Mais vous devriez certainement essayer, car cette œuvre d’art finlandaise est peut être l’une des chansons à boire européennes les plus drôles. Même si vous ne pouvez pas dire un mot en finnois, vous comprendrez rapidement son esprit. La chanson dit : “Je bois, bois, ce mec boit, j’aime être saoul, Je bois, bois, ce mec boit, J’aime me balancer comme un fou quand je suis saoul” Et la chanson se poursuit avec une description des mille façons d’être saoul : “Je bois jusqu’à la gueule de bois, Je bois jusqu’à la folie, et quand je ne suis pas saoul, je bois, je bois peu et je bois quand même, et encore je bois”. La quintessence de l’esprit finlandais, en somme… 

Minä kaiken juon, minä elämäni juon
Minä naapurinkin viinat juon
Minä palkat juon, minä eläkkeet juon
Minä vaimonkin perinnöt juon
Minä asunnot juon, minä metsät juon
Minä maat ja minä mannut juon
Minä traktorin juon, minä hevoseni juon
Kissat ja koirat sikana juon
Minä krapulaan juon, minä humalaan juon
Ja selvin päinkin minä juon
Minä muutaman juon, minä muutenkin juon
Ja sittenkin minä juon
Minä duurissa juon, minä mollissa juon
Minä alkomahollissa juon
Talletustillin ja autotallin
Tillin tallin juon

Juon juon, minä poika juon
Minä tykkään olla kännissä
Juon juon, minä poika juon
Tahdon heilua hulluna humalassa.

Je bois tout, je bois ma vie
Je bois même les alcools de mes voisins
Je bois des remboursements, je bois des pensions
Je bois même le legs de ma femme
Je bois des maisons, je bois des bois
Je bois toutes les terres
Je bois du tracteur, je bois mon cheval
Tous les chats et chiens que je bois
Je bois pour la gueule de bois, je bois pour les ivrognes
et même quand je suis sobre je bois
J’en bois deux, je bois en tout cas
et même alors je bois
Je bois en majeur, je bois en mineur
Je bois de l’alcool
Compte d’épargne et transport
Jusqu’à ce que je sois inconscient, je bois

Je bois, je bois, je bois juste
J’aime être saoul
Je bois, je bois, je bois juste
Je veux être fou à Drunkennes
Hé, hé et nous recommençons
J’aime être saoul
Hé, hé et nous recommençons
Je veux être fou d’ivresse.

Danemark

play_circle_filled
pause_circle_filled
Vi Skåler med vore Venner
volume_down
volume_up
volume_off

Si vous avez déjà lu l’article sur les mots européens intraduisibles, vous saurez déjà que les Danois ont ce mot génial, “Hyggelig” pour décrire la disposition à être chaleureux, accueillant et amical envers autrui. Le Hygge est un vieux concept qui aide les Danois à traverser les hivers longs et rudes. Et vous savez quoi ? C’est précisément cette mentalité hygge qui se reflète dans leur chanson à boire ! D’après les paroles de la chanson, en effet, “On dit ‘santé’ à nos amis, et à ceux que l’on connait. Et pour ceux que l’on ne connait pas, on leur dit ‘santé’ quand même“. Comment pourraient-ils être plus amicaux ? Pour le cas où vous souhaitez suivre en version originale, il y a une certaine beauté dans le refrain en danois : “Vi skåler for vore venner, og dem som vi kender, og dem som vi ikke kender, dem skåler vi med“.

Vi skåler for vore venner
og dem som vi kender
og dem som vi ikke kender
dem skåler vi med.

Vi skåler for vore venner
og dem uden tænder
og dem der kan gå på hænder
dem skåler vi med.

Vi skåler for vore værter
og dem som der er her
og dem der har lommesmerter
dem skåler vi med.

On dit ‘santé’ à nos amis
et à ceux que l’on connait
Et pour ceux que l’on ne connait pas
on leur dit ‘santé’ quand même.

On dit ‘santé’ à nos amis
et ceux sans dents
et ceux qui peuvent marcher sur les mains
on leur dit ‘santé’ quand même.

On dit ‘santé’ à nos amis
et ceux qui sont ici
et ceux qui ont des hérissons dans les poches
on leur dit ‘santé’ quand même.

Pays-Bas

play_circle_filled
pause_circle_filled
In de Hemel is geen Bier
volume_down
volume_up
volume_off

Alors là, chapeau bas ! Nos amis hollandais sont sincèrement bons en syllogisme… Cela explique en tout cas pourquoi ils ont d’aussi bonnes paroles pour leurs chansons à boire ! “Au paradis, il n’y a pas de bière“, on est d’accord, n’est-ce pas ? Non, non, non, c’est pourquoi nous les buvons ici“, oui … ça a du sens. Un tien vaut mieux que deux tu l’auras, comme on dit ! “Oui, oui oui, donnez-nous alors notre bière“. Une logique imparable ! Si vous voulez chanter, les paroles en néerlandais sont “In de hemel is seen bier ; Nee, nee, nee ; Daarom drinken wij het hier ; Ja, ja, ja ; Zijn we niet meer hier.” La chanson a aussi été traduite en anglais par Dr. Demonto In heaven There is no beer. Et vous avez ici un groupe interpretant cette chanson. Le rendu est vraiment surprenant !

In de hemel is geen bier
Nee, nee, nee
Daarom drinken wij het hier
Ja, ja, ja
Zijn we niet meer hier
Is het gedaan met ons plezier
Want dan gaan de anderen
Op zwier met al ons bier

In de hemel is geen bier
Nee, nee, nee
Waarom drinken wij het hier
Geef ons bier

Au paradis il n’y a pas de bière
Non, non, non
C’est pourquoi nous la buvons ici
Oui, oui, oui
Et quand nous serons partis d’ici
Tous mes amis boiront toute la bière

Au paradis il n’y a pas de bière
Non, non, non
C’est pourquoi nous la buvons ici
Donnez-nous de la bière !

Belgique

play_circle_filled
pause_circle_filled
Chef, un P’tit Verre on a Soif
volume_down
volume_up
volume_off

Si vous demandez à un Belge, il affirmera sûrement que la Belgique est la capitale incontestable de la bière. Et il n’aura peut-être pas tort. L’histoire de la bière s’étend sur des siècles et les amateurs diront que sa diversité en Belgique est inégalée dans le monde. Elle a été célébrée dans des tableaux de Pieter Brueghel the Elder et d’innombrables chansons. La plus populaire d’entre elle est certainement “Chef, un p’tit verre sur un soif. Le chanteur belge Le Grand Jojo l’a interprété pour la première fois en 1979. Depuis, la chanson a envahi les bars, les clubs, les célébrations et les mariages. La prochaine fois que vous lèverez un verre de bière belge, soyez assuré : c’est en soi une expérience culturelle ! Depuis, la chanson a envahi les bars, les clubs, les célébrations et les mariages. La prochaine fois que vous lèverez un verre de bière belge, soyez assuré : c’est en soi une expérience culturelle !

Chef un petit verre on a soif
Chef un petit verre on a soif
Une petite bière on a soif
On a soif
On a soif

Allemagne

play_circle_filled
pause_circle_filled
Ein Prosit Der Gemütlichkeit
volume_down
volume_up
volume_off

Les bières que l’on sert aux fêtes de la bière, sous les tentes et dans les restaurants bavarois arrivent normalement en deux tailles différentes : “Large” et “Oh…mon…Dieu !”. L’étiquette des Fêtes de la bière requiert que l’on lève tous les verres au moment particulier où commence la chanson Ein Prosit Der Gemütlichkeit. Car s’il y a bien une chanson que vous êtes absolument obligé d’entendre à l’Oktoberfest, c’est bien celle-ci : “Ein Prosit” (cela veut juste dire “un toast” en français). Bon, il faut dire qu’en effet les groupes de musique sous chaque tente l’entonne toutes les 20 minutes pour faire en sorte que la biture coule à flot et que l’on passe rapidement à une nouvelle tournée. La chanson dit : “Ein Prosit, ein Prosit der Gemütlichkeit ; ein Prosit, ein Prosit der Gemütlichkeit!” Même si vous n’en avez pas vraiment besoin, cela donne en Français : “A la votre, à la votre, la joie d’être ensemble, A la votre, à la votre, la joie d’être ensemble… Un, deux, – Buvons !”. Bien qu’il soit difficile de définir son origine, il est certain que la version moderne a été composée par Gerhard Jussenhoven et Kurt Elliot en 1957.

Ein Prosit, ein Prosit der Gemütlichkeit; ein Prosit, ein Prosit der Gemütlichkeit… Oans, Zwoa, Gsuffa!

A la votre,
à la votre, la joie d’être ensemble;
A la votre,
à la votre, la joie d’être ensemble…

Un, deux, buvons !

Autriche

play_circle_filled
pause_circle_filled
Prost, Prost Kamerad…
volume_down
volume_up
volume_off

Ah ! Enfin ! Enfin, une chanson à boire si facile à comprendre que n’importe qui sans connaissance de base de l’allemand peut l’apprendre ! Fa-ci-le : “Prost Prost Kamerad ; Prost Prost Kamerad ; Prost Prost Prost Prost Prost Prost Kamerad; Wir wollen noch einen heben ; Prost Prost Prost! ; Sauf’aus Kamerad; Sauf’aus Kamerad ; Sauf’aus Sauf’aus Sauf’aus Kamerad ; Wir wollen noch einen heben ; Prost Prost Prost!. Traduit en français, ça donne : “santé, santé, santé mon ami ; nous voulons lever nos verres ; saoule-toi saoule-toi mon ami…” Il est assez ironique de penser que cette mélodie soit le fait d’un homme dont le nom a été le plus détesté de son époque : Johann Gottfried Piefke. Le “Prost, prost” vient de sa marche “Preußens Gloria”,écrit en 1871 après la victoire du Royaume de Prusse dans la guerre franco-prussienne qui a conduit à l’unification des états allemands dans le nouvel Empire allemand dirigé par la Prusse. Johann Gottfried Piefke avait un nom tout à fait approprié, ceci dit, car le terme “Piefke” est originaire de Silésie et dérive du mot “Pivo” (Bière).Un “Piefke” était celui qui servait la bière… ou la buvait cul-sec !

Prost Prost Kamerad;
Prost Prost Kamerad;
Prost Prost Prost Prost Prost Prost Kamerad;
Wir wollen noch einen heben;
Prost Prost Prost!;

Sauf’aus Kamerad;
Sauf’aus Kamerad;
Sauf’aus Sauf’aus Sauf’aus Kamerad;
Wir wollen noch einen heben;
Prost Prost Prost!

Santé, Santé mon ami;
Santé, Santé mon ami;
Santé, Santé, Santé, Santé, Santé
Santé mon ami;
Nous voulons juste lever notre verre;
Santé, Santé, Santé!;

Bois mon ami;
Bois mon ami;
Bois, bois, bois mon ami;
Nous voulons juste lever notre verre;
Santé, Santé, Santé!;

Suisse

play_circle_filled
pause_circle_filled
S’ Vogellisi
volume_down
volume_up
volume_off

J’espère que vous êtes prêts à chanter une chanson suisse ? Si S’Vogellisi n’est pas une chanson sur l’alcool en tant que telle, vous l’entendrez néanmoins souvent dans les bars en Suisse, et la plupart du temps par des personnes tellement saouls que vous ne saisirez aucun mot de la chanson ! Prêt ? „Wenn i nume wüsst wo s’Vogellisi wär, s’Vogellisi chunt vo Adelbode her, Adelbode liit im Berner Oberland, s’Berner Oberland isch schön. Z’Oberland ja, z’Oberland, z’Berner Oberland isch schön z’Oberland jo, z’Oberland z’Berner Oberland isch schön“. Et bien sûr la traduction française. Vous remarquerez que les paroles sont extrêmement simples : “Vogellisi, si seulement je pouvais savoir où est Vogellisi, Vogellisi vient de l’Adelboden, Adelboden est situé dans l’Oberland bernois, l’Oberland bernois est magnifique !“. Juste pour votre information : l’Oberland bernois est une destination touristique idyllique.

Wenn i nume wüsst wo s’Vogellisi wär
S’Vogellisi chunt vo Adelbode her
Adelbode liit im Berner Oberland
S’Berner Oberland isch schön

Ja, z’Oberland
Ja, z’Oberland
Z’Berner Oberland isch schön
Z’Oberland
Jo, z’Oberland
Z’Berner Oberland isch schön

Si seulement je pouvais savoir où est Vogellisi,
Vogellisi est dans l’Adelboden,
L’Adelboden est situé dans l’Oberland bernois,
L’Oberland bernois est magnifique !

Oui, l’Oberland
Oui, l’Oberland
L’Oberland bernois est magnifique !
L’Oberland
Oui, l’Oberland
L’Oberland bernois est magnifique !

Italie

play_circle_filled
pause_circle_filled
Bevilo Tutto
volume_down
volume_up
volume_off

Il n’y a pas mieux qu’une gorgée de Campari agréablement amère ou un cocktail au citron de Sgroppino avant un repas italien. Autant l’apprécier avec des amis italiens, qui aiment les ponctuer d’une chanson à boire extraordinaire datant des années 1880 : Bevilo Tutto ou “Bois-le Tout” en français. Les règles sont assez simples, mais l’alcool n’aide pas :la table commence à chanter “Bevilo Tutto” de manière répétitive jusqu’à ce qu’une victime bien choisie vide son verre de vin. La personne retourne ensuite le verre à l’envers, et si une goutte tombe, elle doit remplir son verre à nouveau et recommencer. Les paroles sont : “Bevilo tutto, Bevilo tutto, Bevilo tutto! Se l’e’ bevuto tutto, E non gli ha fatto male, L’acqua gli fa male, Il vino lo fa cantaree!”ce qui veut dire : “Bois-le tout entier, bois-le tout entier, bois-le tout entier, bois-le tout entier… – Il/Elle a tout bu et ça ne l’a pas rendu malade. L’eau vous rend malade. Le vin vous fait chanter !” Si cela ne vous suffit pas, vous pouvez continuer avec d’autres chansons à boire : les Italiens en ont à foison avec leur longue tradition de Brindisi à l’instar du fameux Libiamo ne’ lieti calici.

Bevilo tutto,
Bevilo tutto,
Bevilo tutto!

Se l’e’ bevuto tutto,
E non gli ha fatto male,
L’acqua gli fa male,
Il vino lo fa cantaree!

Bois-le tout entier,
Bois-le tout entier,
Bois-le tout entier !

Il/Elle a tout bu,
et ça ne l’a pas rendu malade.
L’eau vous rend malade.
Le vin vous fait chanter !

Tchéquie

play_circle_filled
pause_circle_filled
Škoda Lásky
volume_down
volume_up
volume_off

Škoda Lásky est la chanson à boire tchèque la plus célèbre, voire même la chanson la plus célèbre tout court vous l’avez certainement entendu au moins une fois dans votre vie et ne savez pas que c’était tchèque ! En anglais, elle s’appelle Beer Barrel Polka et en français Chantons la bière et l’amour. Pendant la Seconde Guerre mondiale, beaucoup de versions dans différentes langues ont circulé et la chanson était populaire parmi les soldats, indépendamment de leurs allégeances. On a cru plusieurs fois que la chanson était écrite dans le pays où elle venait de devenir un succès car son compositeur n’était pas connu. Les paroles disent: “Škoda lásky, kterou jsem tobě dala ; ty mé oči, dnes bych si vyplakala ; Moje mládí, uprchlo tak jako sen ; na všechno mi zbyla jenom“. Nous savons que cela ne vous aide pas beaucoup, alors voici la version française (qui est bien différente de sa traduction – et plus niaise):“Nuit et jour ; Chantons la bière et l’amour ; Zim … Boum ! Tous les deux ; Rendront notre cœur joyeux ; L’amour ici bas ; Est tout ! … ; Zim … Boum … Boum ! La … La … ; Mais pourtant la bière a du bon ; Zim … Boum … Boum ! ; Chantons !”

Škoda lásky kterou jsem tobě dala
škoda slzí které jsem vyplakala

Moje mládí uprchlo tak jako sen
ze všeho mi zbyla v srdci mém vzpomínka jen

Nuit et jour
Chantons la bière et l’amour
Zim… Boum !
Tous les deux
Rendront notre cœur joyeux
L’amour ici bas
Est tout !
Zim… Boum… Boum !
La… La…
Mais pourtant la bière a du bon
Zim… Boum… Boum !
Chantons !

Slovaquie

play_circle_filled
pause_circle_filled
V Orešanskej Pivnici
volume_down
volume_up
volume_off

Bienvenue dans le village d’Orešany! C’est un petit village en Slovaquie où vos hôtes vous invitent dans leur cave. Ce que vous allez faire dans la cave est votre problème ! Mais c’est sûrement qu’une histoire d’alcool… V orešanskej pivniciest une chanson à boire typiquement slovaque. Son titre se traduirait en français par “Dans la cave à vin du village d’Orešany“. Si vous n’avez jamais entendu une chanson à boire slovaque – ou une chanson slovaque tout court  c’est votre chance !

Pologne

play_circle_filled
pause_circle_filled
Pije Kuba do Jakuba
volume_down
volume_up
volume_off

Alors, soyons clairs afin d’éviter les petits désagréments : lors de votre prochain voyage en Pologne, il vous faudra absolument boire avec eux. Pourquoi ? Parce que, comme la chanson à boire polonaise vous en avertit : “Si vous ne buvez pas avec nous, nous vous frapperons avec un gros bâton” Voilà, c’est dit ! Mais ne le prenez pas personnellement, hein ? Il s’agit simplement de respecter les traditions et vous savez comment les Polonais prennent les traditions très au sérieux ! Toute la chanson fonctionne comme suit : “Kuba boit pour son ami Jacob ; Jacob boit pour Michael ; je bois pour toi ; tu bois pour moi, c’est si bon ! Si vous ne buvez pas pour nous, nous vous frapperons avec un gros bâton. Whack-slam thump-thud, whack-slam thump-shud, oui, nous vous frapperons…“. Allez, quoi ! C’est pas un jeu incroyable ? Bon, notre meilleur conseil sera d’apprendre les paroles de la chanson dans sa version polonaise. Très heureusement pour vous, nous sommes là pour vous les fournir : “Pije Kuba do Jakuba, Jakub do Michała ; Wiwat ty, wiwat ja, kompanija cała ; A kto nie wypije, tego we dwa kije… ; Łupu cupu, łupu cupu, tego we dwa kije.“

Pije Kuba do Jakuba,
Jakub do Michała,
Wiwat ty, wiwat ja, kompanija cała
A kto nie wypije, tego we dwa kije…
Łupu cupu, łupu cupu, tego we dwa kije.

Pili nasi pradziadowie, każdy wypił czarę,
Jednak głowy nie tracili, popijali w miarę.
Kto nad miarę pije, tego we dwa kije…
Łupu cupu, łupu cupu, tego we dwa kije

Indyk z sosem barszcz z bigosem jadły dawne pany
Dzisiaj raki i ślimaki jedzą jak bociany.
Kto żabami żyje. tego we dwa kije,
Łupu cupu, łupu cupu, niech po polsku żyje.

Kuba boit pour son ami Jacob
Jacob boit pour Michael
je bois pour toi
tu bois pour moi, c’est si bon !
Si vous ne buvez pas pour nous, nous vous frapperons avec un gros bâton.
Whack-slam thump-thud, whack-slam thump-shud,
oui, nous vous frapperons…

Lituanie

play_circle_filled
pause_circle_filled
Saldus Alutis Avižų
volume_down
volume_up
volume_off

Avez-vous déjà entendu une chanson lituanienne ? Non ? Moi non plus ! Traditionnellement, les Lituaniens ont toujours consommés de grands volumes d’hydromel et de bière même aujourd’hui, la bière est beaucoup plus populaire que les spiritueux les plus forts. Il faut garder cet élément à l’esprit avant d’écouter la chanson lituanienne Saldus alutis avižų qui veut dire : “La bière à l’avoine est douce ; elle est faite avec trois bourgeons de houblon ; Comme je voudrais en boire ; comme j’aimerais qu’on m’en donne ; Le père est assis dans le coin, il a une tige à la main: il gronde, menace, ne me donne pas de bière ; la bière d’avoine est douce, elle est faite avec trois bourgeons de houblon; Je voudrais qu’on m’en donne“. Cette fois, nous vous épargnerons la version originale en lituanien.

Saldus alutis avižų iš trijų spurgų apynių
Gerčiau, norėčiau, kad alučio duotų
Gerčiau, norėčiau, kad alučio duotų

Sėdi tėvelis kerčioje, turi rykštelę rankoje
Bara, gresia, alučio neduoda
Bara, gresia, alučio neduoda

Saldus alutis avižų iš trijų spurgų apynių
Gerčiau, norėčiau, kad alučio duotų
Gerčiau, norėčiau, kad alučio duotų

La bière à l’avoine est douce
elle est faite avec trois bourgeons de houblon
Comme je voudrais en boire
comme j’aimerais qu’on m’en donne

Le père est assis dans le coin,
il a une tige à la main:
il gronde, menace, ne me donne pas de bière

La bière d’avoine est douce,
elle est faite avec trois bourgeons de houblon;
Je voudrais qu’on m’en donne

Lettonie

play_circle_filled
pause_circle_filled
Skaista Ir Jaunība
volume_down
volume_up
volume_off

Eh bien, les paroles de la chanson lettone peuvent sembler un peu déprimantes à première écoute. Elles disent : Belle est la jeunesse. Elle ne reviendra pas, elle ne reviendra pas. Qu’il est beau d’être jeune. Elle ne reviendra pas“. Pas le genre de chanson que l’on voudrait entonner en buvant… Sauf peut-être si vous voulez dire quelque chose d’autre… La jeunesse, ici, est entendue comme la période de votre vie où les gueules de bois ne vous font pas vraiment mal. Vous savez, quand vous pouvez commander une autre bière et profiter de chaque moment intensivement sans se soucier des conséquences… Cela change la perspective, non ? En tout cas, Skaista ir jaunība est la chanson typique que les lettons commencent à chanter lorsqu’ils sont ivres – et, croyez-moi, ils ne manquent pas d’occasions de le faire ! Bien sûr, ils le chanteraient dans sa version originale, ce qui donne : “skaista ir jaunība ; skaista ir jaunība ; tā nenāks vairs piedz ; tā nenāks nenāks vairs ; skaista ir jaunība”.

Skaista ir jaunība
Skaista ir jaunība
tā nenāks vairs piedz
tā nenāks nenāks vairs
Skaista ir jaunība

Belle est la jeunesse.
Elle ne reviendra pas,
Elle ne reviendra pas.
Qu’il est beau d’être jeune.
Elle ne reviendra pas

Estonie

play_circle_filled
pause_circle_filled
Ikka Viin, Viin, Viin
volume_down
volume_up
volume_off

Écoutez combien ils sont fiers, ces Estoniens, à chanter à tue-tête qu’ils ont encore beaucoup de vodka, de vodka, de vodka ! C’est exactement ce qu’ils prétendent dans leur chanson énergique Ikka viin, viin, viin! Il n’y a pas beaucoup de choses que l’on puisse dire au sujet du groupe estonien qui a composé cette ode à la vodka, PS Troika sauf peut-être que son nom est une référence claire à la Perestroika (“restructuration”), le mouvement politique pour la réforme au sein du Parti communiste de l’Union soviétique des années 1980 jusqu’en 1991. En tout cas, nous connaissons maintenant certains Estoniens qui auraient clairement besoin d’une bonne restructuration après autant de vodka.

Ikka viin, viin, viin
Ikka viin, viin, viin
Ikka viin, viin, viin
Ikka viin, viin, viin…

Je bois du vin, vin, vin
Je bois du vin, vin, vin
Je bois du vin, vin, vin
Je bois du vin, vin, vin…

Biélorussie

play_circle_filled
pause_circle_filled
Дробна драбніца (Drobna Drabnitsa)
volume_down
volume_up
volume_off

Rejoignons maintenant la Biélorussie pour écouter la magnifique chanson à boire appelée “Drobna drabnitsa“. Son titre devrait littéralement se traduire par “un petite broutille”, mais dans ce contexte ce serait plutôt quelque chose comme : “escroquer-un-escroc”. Connue sous différents autres titres, tels que “Ad panyadzyelku da panyadzyelku” (“De lundi à lundi”), “Basota” or “Halota” (“les ratés), cette chanson connait également de nombreuses variations. Les paroles veulent dire “La pluie tombe à gouttes ; Les ratés sont rassemblés ; Et commencent à se saouler ; Buvant les spiritueux, buvant les spiritueux ; Ils vont boire le vin ; Que quelqu’un ose se moquer de nous ; Celui-ci sera frappé à terre”… Sympa, non ?

Дробна драбніца, дробна драбніца
Дробны дожджык лье
Сабралася бедна басота
Ды гарэлку п’е.

П’ем мы гарэлку, п’ем мы гарэлку
Будзем піць віно
А хто прыйдзе з нас насмяецца
Будзем біць таго.

La pluie tombe à gouttes
Les ratés sont rassemblés
Et commencent à se saouler

Buvant les spiritueux, buvant les spiritueux
Ils vont boire le vin
Que quelqu’un ose se moquer de nous
Celui-ci sera frappé à terre

Ukraine

play_circle_filled
pause_circle_filled
Ой хто п*є тому наливайте
volume_down
volume_up
volume_off

Vous n’en aurez jamais assez de lire des chansons dans un alphabet différent ! Ou, peut-être pas… En tout cas, les paroles de la célèbre chanson à boire ukrainienne recommandent (clairement) de : “Ой хто п’є тому наливайте Хто не п’є тому не давайте, А ми будем пити і Бога хвалити ; І за вас і за нас і за Неньку стареньку ; Що навчила нас Горілочку пить помаленьку”. Oui, oui, nous savons, ce n’est pas trop utile si vous n’êtes pas bilingue… C’est pourquoi nous avons pour vous leur version française ! Merci qui ? “Oh pauvres buveurs, ne buvez pas si vite ; Et nous boirons et nous prierons Dieu ; Et pour vous et pour nous et pour le vieux Nenko ; qui nous appris à boire la vodka lentement“.

Ой хто п’є – тому наливайте,
хто не п’є – тому не давайте,
хто покаже в чарці дно,
тому щастя і добро.

Ой чи мені Господь дав,
чи свята неділя.
Коло мого столу гості,
які я хотіла.

Oh pauvres buveurs – ne buvez pas si vite,
Et nous boirons et nous prierons Dieu
Et pour vous et pour nous et pour le vieux Nenko
qui nous appris à boire la vodka lentement

Romania – Moldova

play_circle_filled
pause_circle_filled
Cântec de Pahar
volume_down
volume_up
volume_off

La chose la plus frappante à propos de la culture roumaine est le maintien d’une forte tradition créative pour la musique folklorique, laquelle a survécu à ce jour en raison du caractère rural des communautés roumaines. Si vous visitez le pays, assurez-vous d’avoir l’occasion d’écouter de la “Muzica de petrecere” traditionnelle (“musique à boire”) ou des “Cântec de pahar” (“chansons à boire”) : c’est la forme la plus ancienne de création musicale en Roumanie et Moldavie. La conservation de la musique folklorique roumaine a été aidée par un large audience européenne et par de nombreux artistes qui ont contribué à propager et à développer davantage son ampleur.

Hongrie

play_circle_filled
pause_circle_filled
Le Le Le fenékig
volume_down
volume_up
volume_off

D’accord, vous venez tout juste d’arriver à Budapest et vous êtes maintenant entouré de Hongrois qui vous invitent à boire un verre. Voici un guide de survie à l’usage de tous ! Il suffit de prendre le verre qui vous est offert et de les rejoindre dans leur chanson. C’est facile, c’est répétitif : Le, Le, Le, fenékig ; Le, Le, Le, fenékig; most ivott Ő kedvére, váljon egészségére“. Ensuite, buvez votre verre cul-sec… et recommencer ! Après un tour ou deux comme celui-ci, vous serez certain de devenir parfaitement bilingue en hongrois. Si vous vous demandez ce que vous êtes en train de chanter, il n’y a rien à craindre ! La chanson à boire veut simplement dire ““En bas, en bas, en bas jusqu’au fond ; Tu bois comme tu le sens ; et pour combler ta santé”. Alors, qu’en dîtes-vous ? Vous sentez-vous en meilleure santé maintenant ?

Le, Le, Le, fenékig
Le, Le, Le, fenékig
most ivott Ő kedvére
váljon egészségére

En bas, en bas, en bas jusqu’au fond
Tu bois comme tu le sens
et pour combler ta santé

Slovénie

play_circle_filled
pause_circle_filled
Vince Rumeno
volume_down
volume_up
volume_off

Eh bien, c’est aussi simple que ça : en Slovénie, même l’hymne nationalZdravljica – était une chanson à boire ! Donc, quand il s’agit de boire et de chanter, les Slovènes savent de quoi ils parlent. En Slovénie, vous ne trouverez peut-être pas une chanson qui est la chanson à boire typique, mais beaucoup – car les chansons à boire sont un genre à part entière. La chanson que nous avons ici s’appelle Vince rumeno. C’est une valse – ce qui est déjà assez rare – mais qui parle de l’alcool (oui oui !). En slovène, cela donne : “Vince rumeno, čisto in sladko; dol teče gladko, pijmo ga le ! Dole, dole, dole… dol teče gladko, pijmo ga le !“. Pas très élaboré, en fait ! Cela donne en français : “Vin blanc, propre et sucré ; Il descend en douceur, on le boit seulement ! Vers le bas, vers le bas, vers le bas… ça descend doucement, buvons-le !

Vince rumeno, čisto in sladko,
dol teče gladko, pijmo ga le!
Dole, dole, dole …
dol teče gladko, pijmo ga le!

Vin blanc, propre et sucré
Il descend en douceur, on le boit seulement !
Vers le bas, vers le bas, vers le bas…
ça descend doucement, buvons-le !

Croatie – Serbie – Bosnie and Herzegovine – Albanie

play_circle_filled
pause_circle_filled
Bolje Biti Pijan Nego Star
volume_down
volume_up
volume_off

Bienvenue dans les Balkans ! Fondamentalement, ici, toutes les chansons sont de potentielles chansons à boire ! Soyez conscients que l’alcool dans les Balkans est la plupart du temps à fait-maison  donc assez fort. Si vous abusez de ces boissons pernicieuses, vous comprendrez très vite qu’il est préférable d’être ivre que d’être vieux. Ce n’est pas une vérité générale, mais le titre de la célèbre chanson à boire bosniaque du groupe Plavi orkestar : Bolje Biti Pijan Nego Star. Plavi orkestar était l’un des groupes les plus populaires de l’ex-Yougoslavie. Leurs chansons ont marqué toute une génération et restent très populaires encore aujourd’hui. Dans les bars ou dans les fêtes, la jeune génération chante encore Bolje Biti Pijan Nego Star – bras-dessus-bras-desous avec ses paroles plutôt tristes: “Mieux vaut être ivre que vieux: le vin ne sait pas que nous étions autrefois un couple heureux ; Mieux vaut être ivre que vieux“…

Bolje biti pijan nego star
Bolje biti pijan nego star
Vino ne zna da smo nekad bili sretni par
Bolje biti pijan nego star

Mieux vaut être ivre que vieux
Mieux vaut être ivre que vieux
Le vin ne sait pas que nous étions autrefois un couple heureux
Mieux vaut être ivre que vieux

Bulgarie – Macédoine du Nord

play_circle_filled
pause_circle_filled
Имате ли вино (Imate li Vino)
volume_down
volume_up
volume_off

Nous atteignons maintenant les frontières orientales de l’Europe. Êtes-vous encore suffisamment sobre et à la hauteur pour une nouvelle chanson à boire ? Bien ! Vous êtes excellents ! Préparez-vous alors à une chanson plutôt lente, appelée Imate li vino. Au centre de cette chanson bulgare et macédonienne, une question existentielle, à savoir “Avez-vous du vin ?”. Cette question est même pour eux un peu obsédante : “Avez-vous du vin? “Avez-vous du vin? Avez-vous du vin rouge ? Et bien, donnez le nous ; Avez-vous de l’argent ? Avez-vous de l’argent ? Avez-vous beaucoup d’argent? Et bien, donnez-le nous aussi”... Nous vous laisserons découvrir le reste des paroles ailleurs, car nous les trouvons assez misogynes… Mais à quoi s’attendre aussi d’une chanson à boire de toute façon ? Oh, et si vous comprenez le bulgare et que vous voulez suivre la chanson dans sa version originale, voici les paroles : “Imate li vino, imate li vino ; Imate li rujno vino ; Dajte go na nas ; Rujno lie tovo, rujno i li ne? tom se vikat rujno vino ; Dajte go na nas

Imate li vino?
Imate li vino?
Imate li rujno vino?
Dajte go na nas

Imate li pari?
Imate li pari?
Imate li edri pari?
Dajte gi na nas

Imate li momi?
Imate li momi?
Imate li mladi momi?
Dajte gi na nas

Imate li babi?
imate li babi?
Imate li stari babi?
Dratr gi za vas

Avez-vous du vin?
Avez-vous du vin?
Avez-vous du vin rouge?
Alors donnez-le nous

Avez-vous de l’argent?
Avez-vous de l’argent?
Beaucoup d’argent?
Alors donnez-le nous

Avez-vous des filles?
Avez-vous des filles?
Avez-vous des jeunes filles?
Alors donnez-les nous

Avez-vous des mamies?
Avez-vous des mamies?
Avez-vous de vieilles mamies?
Alors gardez-les pour vous.

Grèce

play_circle_filled
pause_circle_filled
Opa!
volume_down
volume_up
volume_off

Si vous voyagez en Grèce ou explorerz seulement la culture populaire grecque depuis l’étranger, vous rencontrerez forcément le mot grec Opa! Il est utilisé fréquemment en Grèce lors de célébrations telles que les mariages ou les anniversaires. Dans la culture grecque, l’expression accompagne parfois un coup de foudre. Le chanteur grec Giorgos Alkaios a présenté sa chanson Opa! au concours de l’Eurovision en 2010 pour exorter les Grecs à danser et être heureux face à la crise économique. Elle est parfois utilisée aujourd’hui comme une chanson à boire. La chanson dit : “Opa! ; Vazo mia fotia (hey!) ; S’ola ta palia (hey!) ; Ola tha ta allakso (opa!) ; Kai tha to fonakso (opa!) ; Perasmena ksehasmena ki ola ap tin arhi ksana (opa!“. Cela veut dire à peu près : “Opa! J’ai brûlé le passé, mes vieilles nuits, les souvenirs sont devenus des frissons, les souvenirs et les voeux injustes, et laisse des plaies ouvertes dans un coin“.“. Opac’est l’excitation et la bonne humeur que vous pourrez découvrir sans problème dans tous les coins de Grèce.

Opa!

Opa! Opa!

Ekapsa to htes, nihtes mou palies
Thipsala oi anaminseis eginan ki aftes
Lipes kai fones, adikes efhes
Ki afisa se mia gonia anoihtes pliyes

Ekapsa to htes, nihtes mou palies
Oneira kai efialtes rihno stis foties
Dakria kafta, psemata polla
Miazoun san vouvi tainia pou den vlepo pia

Opa!

Vazo mia fotia (hey!)
S’ola ta palia (hey!)
Ola tha ta allakso (opa!)
Kai tha to fonakso (opa!)
Perasmena ksehasmena ki ola ap tin arhi ksana (opa!)

Vazo mia fotia (hey!)
S’ola ta palia (hey!)
Ola tha ta allakso (opa!)
Kai tha to fonakso (opa!)
Perasmena ksehasmena ki ola ap tin arhi ksana (opa!)

Ekapsa to htes, nihtes mou palies
Ki apo to miden arhizo oso ki an den thes
Dakria kafta, psemata polla
Plirosa osa hrostousa kai ta daneika

Opa!

Vazo mia fotia (hey!)
S’ola ta palia (hey!)
Ola tha ta allakso (opa!)
Kai tha to fonakso (opa!)
Perasmena ksehasmena ki ola ap tin arhi ksana (opa!)

Everybody say! OPA!

Opa!

Vazo mia fotia (hey!)
S’ola ta palia (hey!)
Ola tha ta allakso (opa!)
Kai tha to fonakso (opa!)
Perasmena ksehasmena ki ola ap tin arhi ksana (opa!)

Vazo mia fotia (hey!)
S’ola ta palia (hey!)
Ola tha ta allakso (opa!)
Kai tha to fonakso (opa!)
Perasmena ksehasmena ki ola ap tin arhi ksana (opa!)

Opa!

Opa, Opa!

J’ai brûlé le passé, mes vieilles nuits,
les souvenirs sont aussi devenus des frissons
Souvenirs et voix désirs injustes
et laissé des blessures ouvertes dans un coin

J’ai brûlé le passé, mes vieilles nuits,
rêves et cauchemars que j’ai jetés dans les flammes
Larmes chaudes, trop de mensonges
ressembler à un film muet que je ne regarde plus

Opa!

J’ai mis le feu à
tous les événements passés
Je vais tout changer
et je crierai:
le passé est oublié et tout recommence

J’ai mis le feu
tous les événements passés
Je vais tout changer
et je crierai:
le passé est oublié et tout recommence

J’ai brûlé le passé, mes vieilles nuits,
et je recommence à zéro même si vous ne voulez pas
Larmes chaudes, trop de mensonges
J’ai payé ce que je devais et j’ai emprunté

Opa!

J’ai mis le feu
tous les événements passés
Je vais tout changer
et je crierai:
le passé est oublié et tout recommence

Opa!

J’ai mis le feu
tous les événements passés
Je vais tout changer
et je crierai:
le passé est oublié et tout recommence

J’ai mis le feu à
tous les événements passés
Je vais tout changer
et je crierai:
le passé est oublié et tout recommence

Opa!

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez peut-être :

Fermer le menu