Repas de Noël européens

“Le sang coulera à flots en Europe jusqu’à ce qu’un grand repas d’amour se célèbre comme festival de paix, parmi de chaudes larmes, sur les champs de bataille encore fumants.”

Novalis, La Chrétienté ou l’Europe (1799).

Le four fonctionne à plein régime, une odeur appétissante de cannelle emplit l’air, tonton Claude réchauffe l’ambiance de son mieux, c’est-à-dire, avec ses plus vieilles blagues… pas de doute, la table est prête pour Noël ! Mais la question principale est plutôt: qu’est-ce qu’on mange ? Eh bien, cela dépend ! Au Portugal, vous ne trouverez aucune table sans le traditionnel Bacalhau; alors qu’en Suède, ce sera du hareng. Les amateurs de viande peuvent choisir la France pour déguster du foie gras, du chapon et d’autres mets délicats, ou se rendre en Autriche pour une succulente Bratwurst. En Suisse, vous pourrez partager une fondue à la viande. Et en Tchèquie et Slovaquie, vous aurez la possibilité de jouer avec votre plat dans la baignoire familiale avant de le savourer avec une salade au citron et à la russe … Il est donc l’heure d’enfiler votre plus vilain pull de Noël, de répéter votre chant de Noël le plus ennuyeux, d’emballer vos derniers cadeaux: le spectacle est sur le point de commencer !

Portugal

Bacalhau, Octopus et Bolo Rei

C’est enfin Consoada la version portugaise du dîner de famille organisé le soir du réveillon de Noël à la fin d’une journée de jeûne. Consoada, c’est à peu près ce que son origine latine consolare suggère: se mettre à l’aise! Cela signifie s’abstenir de manger de la viande grasse ou difficile à digérer mais de savourer un poisson bien préparé. N’attendez rien de moins que le célèbre Bacalhau portugais (morue salée) sur la table, même si certaines régions opteront plutôt pour le polvo (poulpe). Vous dégusterez également de nombreuses entrées délicieuses telles que le Bolinhos de Bacalhau ou le Rissois de Camarao. Si vous n’êtes pas encore rassasié, vous serez invité à la fin du dîner pour savourer le traditionnel gâteau de Noël : le Bolo Rei ou “Gâteau du Roi”. Et parce que vous avez été traité comme un roi, vos hôtes portugais vous inviteront également à terminer la journée avec une bouchée de sa version féminine sans fruits confits, le Bolo Rainha.

Espagne

Pavo Trufado, Homard et Mandarines

Le réveillon de Noël s’appelle La Noche Buena, “La bonne nuit”, en espagnol  cela ne pourrait être un terme plus approprié, car ce dîner est sans aucun doute la plus grande fête de l’année ! Dans le passé, le pavo trufado, une dinde farcie de truffes (les champignons, pas les chocolats!) était un plat populaire parmi l’élite du pays. Maintenant, la seule règle concernant le repas de la veille de Noël est que les gens mangent bien, et généralement de façon extravagante. Le homard est très courant et un rôti est essentiel, généralement de l’agneau ou un cochon de lait. La plupart des familles auront également de la soupe, généralement du ragoût de poisson, et d’autres fruits de mer en abondance, fromages, jambons et pâtés. Parmi les autres aliments populaires qui ornent les tables de Noël et que l’on retrouve dans les recettes pendant les vacances, on peut citer les mandarinas (mandarines), les nueces (noix) et les datiles (dates). Bon appétit !

France

Foie Gras, Chapon et Bûche de Noël

Les Français l’appellent “Réveillon cela montre à quel point ils prennent Noël très au sérieux, que ce dernier soit célébré la veille de Noël, ou tôt le matin du 25. Comme pour tout dîner français d’envergure, les Français commenceront par un apéritif. Ici, vous pouvez vous attendre à une coupe de champagne ou à un autre vin mousseux (Vouvray, Saumur, Touraine) tout en dégustant des amuse-bouches. Le foie gras sera certainement la vedette de tous les hors-d’œuvre, mais vous pouvez également être invité à déguster des huîtres, généralement servies crues ou du saumon fumé. Le plat principal est traditionnellement un plat de viande, généralement rôti. Les Français optent en général soit pour un chapon, une dinde, une pintade ou un faisan  généralement farcis de délicieux marrons et servis avec des champignons et des légumes. Vous êtes déjà rassasiés ? Ne partez pas encore, il y a plus ! Il serait impoli de faire une sieste, car le repas français typique de Noël ne peut se terminer sans un plateau de fromages malodorants et une délicieuse bûche de Noël.

Islande

Gigot d’Agneau fumé, Pommes de terre et Ptarmigan

Pour leur fête de famille la plus intime de l’année, les Islandais se rassemblent autour de la table du dîner de Noël pour chanter, jouer, déguster des fruits de mer et des desserts délicieux. En Islande, aucun repas de Noël ne se passe sans agneau rôti. Certaines personnes aiment le fumer  autrefois avec de la bouse de mouton ! De nos jours, les plats islandais de Noël les plus courants sont le jambon (hamborgarahryggur), l’agneau fumé (hangikjöt) et le Ptarmigan (rjúpa). Ce dernier n’est plus un aliment pour les pauvres et est devenu très populaire parmi les Islandais  la saison de chasse au Ptarmigan étant l’un des événements les plus attendus de l’année pour les chasseurs. Ces plats sont somptueusement préparés avec des accompagnements, y compris des pommes de terre, cuites de différentes façons, des pois et haricots, ainsi que du jus de viande et de la confiture.

Irlande

Jambon, Oie Rôtie et Pudding

En Irlande, il vaut mieux manger bien pour se préparer à une nuit de Noël extrêmement froide ! De nos jours, presque tout le monde mange de la dinde pour le dîner de Noël, même si certains préfèrent l’oie, considérée comme plus “traditionnelle”. La plupart des Irlandais cuisinent aussi du jambon rôti accompagné de farce au pain, de pommes de terre rôties, de purée de pommes de terre, de jus de viande et parfois de sauce à la canneberge ou au pain. Pour compléter, on savoure souvent du bœuf épicé (épaissi pendant plusieurs jours, cuit et ensuite pressé), servi chaud ou froid. Le dessert semble à peine une possibilité après tout ça – mais bon, ce n’est pas un jour ordinaire ! C’est pourquoi les familles irlandaises préparent et dégustent aussi un gâteau rond, rempli de graines de cumin. Il y en a traditionnellement un pour chaque personne de la famille. Maintenant, il est plus courant de déguster un pudding avec une sauce au beurre de brandy ou au sherry, des tartes à la viande ou tout simplement un morceau de gâteau de Noël.

Royaume-Uni

Dinde rôtie, Chou de Bruxelles et Pudding

À l’heure du déjeuner ou en début d’après-midi le jour de Noël, la star du menu britannique est une dinde rôtie massive, servie avec des légumes rôtis et “tout ce qui va avec”, ce qui signifie un bonne farce et des légumes comme des carottes et des pois. Comme si cela ne suffisait pas, les Britanniques ajoutent également à leur fête du bacon et des saucisses servis avec une sauce aux canneberges et une sauce au pain. Traditionnellement, et avant que la dinde ne soit plus accessible, le rôti de bœuf ou l’oie était le repas principal de Noël. Et quoi de mieux pour accompagner cette viande riche que des choux de Bruxelles ! Pour le dessert, les Britanniques mangent généralement un pudding riche et fruité appelé le pudding de Noël, trempé chaque jour dans de l’eau-de-vie. On dit que cela éloigne le mauvais sort, mais nous pensons qu’il s’agit en fait d’un moyen déguisé de se rincer la gorge pendant sa préparation… Si le pudding de Noël n’est pas à votre goût, pas de problème: vous pouvez également opter pour des tartes et beaucoup de chocolats…

Norvège

Poitrine de porc rôtie, Saucisses et Porridge de riz

Dans le grand froid de Norvège, on célèbre Noël avec un grand dîner le 24 décembre. Le choix de nourriture varie selon les régions, mais consiste généralement en côtes d’agneau, rôties ou même la morue. Cependant, le favori, consommé par pas moins de six ménages sur dix, est le “Ribbe”, un rôti de poitrine de porc. Traditionnellement servi avec des pommes de terre bouillies, des saucisses, des gâteaux à la viande, des pruneaux, des airelles mûres et du chou mariné, le “Ribbe” et son arôme envoutant apportent à coup sûr cet esprit norvégien si particulier à Noël. La bouillie de riz est également souvent consommée à la veille de Noël, soit en tant que repas du midi, soit en dessert au dîner. Si un invité chanceux trouve une amande dans sa portion, il remportera un petit cochon en pâte d’amande rose ou blanc !

Suède

Smörgåsbord, Salade de Hareng et Lutefisk

Les cadeaux de Noël sont sous l’arbre éclairé, les bougies brillent et le smörgåsbord un assemblage de hors-d’œuvres servis sous forme de buffet  a été préparé. Même s’il est imprononçable, vous apprécierez certainement sa composition classique : jambon de Noël (bouilli, puis enrobé dans un mélange d’oeuf, de chapelure et de moutarde), saucisse de porc, mélange d’oeufs et d’anchois (gubbröra), salade de hareng, hareng mariné, pâté de foie fait maison, pain de seigle au moût (vörtbröd), des pommes de terre et un plat de poisson spécial : le lutefisk. Il s’agit d’une morue trempée dans de l’eau et une sauce pour la faire gonfler avant d’être cuite. Une fois que tous ont mangé à leur faim, le Père Noël en personne arrive pour chanter un chant, souhaiter un joyeux Noël et distribuer des cadeaux. God Jul!

Finlande

Jambon cuit au four, Casserole de rutabaga et Salade de betterave

Le Père Noël n’a pas à voyager loin la veille de Noël pour offrir des cadeaux aux Finlandais ! C’est peut-être mieux ainsi, car les Finlandais sont déjà bien occupés à cuisiner et savourer leurs plats gargantuesques. Les trois plats les plus essentiels sur les tables de Noël finlandaises sont le jambon cuit au four, le rutabaga et la salade de betteraves. La plupart des Finlandais ne peuvent imaginer Noël sans jambon  qu’ils nomment joliment Kinkku. Faire cuire lentement le jambon au four est un rituel finlandais intemporel, et le plat prend toute sa saveur avec de la moutarde faite maison. Les restes de jambon sont généralement ajoutés à la soupe aux pois après Noël. Sans le goût de ces plats traditionnels, il y aurait quelque chose qui manque dans les fêtes de Noël finlandaises.

Danemark

Rôti de porc, Pommes de terre bouillies et Risengrød

Si vous êtes au Danemark en décembre, vous entendrez le mot julefrokost au moins mille fois. Cela signifie “fête de Noël” et est une tradition danoise impliquant généralement beaucoup de nourriture, d’alcool… et de la bonne compagnie. Le repas de Noël danois traditionnel est composé de rôti de porc, de pommes de terre bouillies, de chou rouge et de jus de viande, bien que ces derniers temps le canard et l’oie rôtis soient devenus populaires. Toutes les demi-heures environ, quelqu’un crie “Skål” pour porter un toast et tout le monde se lève pour boire. C’est ici que les snaps entrent en jeu. En dessert, le plat classique est le riz à l’amande – un pouding froid au riz avec de la crème fouettée, de la vanille, des amandes et de la sauce à la cerise piquante – ou le Risengrød (pouding au riz chaud). Une amande pelée est cachée dans le bol à dessert et les chanceux qui la découvrent reçoivent en général un cadeau…

Pays-Bas

Noix de gingembre, liqueur de jaune d’oeuf et Speculaas

Quelle chance ! Aux Pays-Bas, Noël est célébré pendant deux jours, le premier jour de Noël (Eerste Kerstdag) le 25 décembre et le deuxième jour de Noël (Tweede Kerstdag), le lendemain, 26 décembre. Encore plus chanceux, les deux sont des jours fériés ! Les plats de Noël hollandais étaient traditionnellement dominés par des ingrédients tels que les épices, la farine blanche, les fruits secs, les amandes et le sucre, tous des aliments historiquement coûteux qui étaient généralement réservés aux jours de fête. Aujourd’hui, il reste encore des friandises et des biscuits que l’on ne mange que pendant la période des fêtes, notamment du kruidnoten (noix au gingembre), du advocaat (liqueur de jaune d’oeuf) et du bischopswijn (vin chaud hollandais), bien que les speculaas au gingembre et aux épices ont tendance à être consommés tout au long de l’année de nos jours. Les Hollandais apprécient également des dîners de Noël plus traditionnels, en particulier des viandes comme le rôti de boeuf, le canard, le lapin et le faisan. Ils sont généralement servis avec différents types de légumes, pommes de terre et salades.

Belgique

Fruits de mer, Dinde et Bûche

À la veille de Noël, les Belges se réunissent en famille pour un grand repas en commun et le déballage des cadeaux sous l’arbre. La veille de Noël (Kerstavond en flamand et le réveillion de Noël en français), la plupart des familles mangent un repas spécial. Tout commence par un apéritif et des “amuse-bouches”, suivis d’une entrée telle que des fruits de mer, puis de la dinde farcie. Le dessert traditionnel s’appelle Kerststronk (Flamand) ou bûche de Noël (Wallon) – une bûche au chocolat en rouleau éponge recouvert de crème. L’extérieur est recouvert de crème au beurre et fait penser à une bûche recouverte d’écorce. Dans les semaines précédant Noël, les Belges aiment aussi aller aux marchés de Noël. Là, ils goûtent au genièvre (gin) ou glühwein (vin chaud) et mangent du Smoutebollen / oliebollen (raviolis frits sucrés).

Allemagne

Oie rôtie, Chou rouge et Massepain

Il ne serait pas exagéré d’appeler l’Allemagne le pays de Noël. Ici, vous mangerez des oies et des carpes rôties pour le dîner de Noël jusqu’à ce que vous tombiez dans un coma de nourriture, bien que le cochon de lait ou le canard feraient tout aussi bien le même effet. Les plats d’accompagnement typiques sont les pommes de terre rôties et diverses formes de chou comme le chou frisé, les choux de Bruxelles et le chou rouge. Dans certaines régions, le dîner de Noël est traditionnellement servi le jour de Noël plutôt que la veille de Noël. Dans ce cas, le dîner du réveillon de Noël est une affaire plus simple, composé de saucisses (Bockwurst ou Wiener) et de salade de pommes de terre. Les sucreries et les pâtisseries de Noël sont presque obligatoires et comprennent le massepain, les barres à épices (Lebkuchen), plusieurs types de pain et divers gâteaux aux fruits et pains aux fruits tels que Christstollen et Dresdener Stollen.

Autriche

Bratwurst avec choucroute, Oie, Carpe et Lebkuchen

Que pourraient bien manger les Autrichiens pour Noël ?  Des saucisses, de la choucroute et des pommes de terre évidemment ! La bratwurst – saucisse frite – a une longue tradition en Autriche et se mange avec divers plats d’accompagnement tout au long de l’année. L’oie de Noël est un autre des plats de Noël les plus célèbres d’Autriche. En fait, ce plat est une charge de travail conséquente et vous aurez besoin de maîtrise pour que la viande soit juteuse. Mais si vous la servez et que tout le monde choisit les meilleurs morceaux, vous savez que ça en valait la peine ! La carpe de Noël classique est un plat relativement simple mais délicieux puisque la carpe est un poisson d’eau douce à viande blanche. Lorsque le dîner touche à sa fin et que les Autrichiens se réunissent pour chanter “Douce Nuit“, ils goûtent encore aux délicieux Lebkuchen pour achever les festivités.

Suisse

Jambon, Pommes de terre et Fondue

En Suisse, le repas principal de Noël est consommé la veille de Noël. Parmi les plats populaires, on trouve un jambon de Noël et des pommes de terre festonnées avec du fromage fondu et du lait cuit au four. Bien qu’il n’y ait pas de dîner de Noël “traditionnel” en Suisse, la fondue chinoise est un choix classique pour les Suisses. Au lieu du fromage, de fines tranches de viande sont plongées dans un pot commun de bouillon fumant et sont consommées avec des légumes et d’autres accompagnements. “FIGUGEGL” (fee-goo-geck-ul) est ajouté sur les cartons d’invitations. Cela signifie ‘Fondu isch guet und git e gueti Lune‘ (la fondue est bonne et donne de la bonne humeur). Le désert est souvent un gâteau aux noix et des biscuits de Noël qui sont très populaires et facile à cuisiner. Chaque famille a d’ailleurs sa propre recette et ses favoris. Bon appétit !

Italie

Pasta, Chapon ou Anguille et Panettone

La question à un million d’euros : que pourraient bien manger les Italiens à Noël ? Des pâtes évidemment ! Sans surprise, le primo italien est généralement une sorte de soupe à base de pâtes (généralement composées de pâtes fourrées, comme des tortellinis) cuites dans un bouillon de viande ou de chapon. Le second plat est très différent d’une région à l’autre. Dans le nord de l’Italie, vous mangerez normalement de la volaille, souvent fourrée ou rôtie et assaisonnée avec des sauces, les mêmes que pour la plupart des pâtes. Dans le sud de l’Italie, vous savourerez plutôt l’anguille capitone frite, typique de la veille de Noël, car c’est un jour de jeûne. Lorsque vous revenez de la messe – ah oui, car vous devrez absolument y assister –, vous vous réconforterez en buvant une tasse de chocolat chaud et en mangeant une part de gâteau de Noël italien appelé Panettone. C’est comme une génoise aux fruits secs !

Tchéquie

Carpe, Salade de Pommes de terre et Biscuits

La veille de Noël en tchèque se traduit littéralement par “journée généreuse”. C’est une journée consacrée aux traditions festives et à la cuisine tchèque ! La star du menu de Noël tchèque est la carpe frite. Ce n’est peut-être pas la première chose à laquelle on pense en tant que met local, mais elle a certainement son charme et sa tradition propre : des Tchèques achètent leur carpe avant Noël et la conservent en vie dans la baignoire jusqu’à ce qu’il soit temps de la préparer et… de la manger. Et la carpe ne serait pas complète sans une bonne salade de pommes de terre. Bien que la recette varie d’une famille à l’autre, les principaux ingrédients sont les œufs durs, les pommes de terre, la mayonnaise, les cornichons et les légumes. Le dessert tchèque par excellence est généralement un bel assortiment de petits biscuits dans plus de variétés que vous pouvez compter sur deux mains.

Slovaquie

Carpe, Gaufrettes et Tranches de pommes

En Slovaquie, comme en Tchéquie, le dîner de Noël commence dans la baignoire. Pendant des siècles, les Slovaques ont choisi un plat principal simple pour le dîner du réveillon de Noël : la carpe commune. Mais aller de la rivière à la table n’est pas si simple. Comme le veut la tradition, les carpes de Noël doivent d’abord nager dans la baignoire familiale pendant au moins un jour ou deux avant d’être tuées, nettoyées et préparées – les enfants lui donnent même un nom et les parents ne peuvent pas se laver ! Mais ce n’est pas seulement le poisson qui a une signification mythique. À chaque table de Noël slovaque, vous trouverez deux choses : une pomme en tranches, qui porte bonheur (si l’étoile n’est pas brisée) et des gaufrettes de Noël appelées oblátky, mangées avec du miel. On trouve aussi souvent des graines de pavot et des pois; les deux représentent la fortune. Avoir peňazí ako maku, soit autant d’argent que de graines de pavot, c’est le souhait de tous les Slovaques à Noël !

Pologne

Carpe, Borsht et Ravioli

Wigilia – dérivé du terme latin “vigile” – est le souper traditionnel du réveillon de Noël en Pologne. Également connu sous le nom de Soupé Etoilé, Wigilia est au centre des célébrations de Noël polonaises. Et c’est vraiment une fête, car les familles se sont habituées à servir douze plats différents ! Il se concentre principalement sur la carpe frite et le bortsch (soupe de betterave rouge) avec ses petits uszka (raviolis). En fait, la carpe constitue l’un des composants principaux du repas de Noël polonais avec des variantes telles que le filet de la carpe, la carpe en gelée ou le poisson pané. Il est souvent complété par des dumplings fourrés appelés pierogi ainsi que par quelques plats à base de hareng. Pour le dessert, il n’ya pas mieux que le makowiec – un rouleau de pain à la levure sucrée avec des graines de pavot. Si vous n’en avez pas déjà assez, vous pouvez toujours digérer tout ce festin avec une compote de fruits secs servie en boisson.

Lituanie

Hareng, Kūčiukai et Lait de pavot

Sur la table de réveillon lituanienne, vous trouverez – comptez-les – pas moins de trois plats à base de hareng. Sans blague : hareng à la betterave rouge, hareng à la carotte, hareng à la pomme, hareng à la patate chaude, etc. Pour accompagner tout ça, les Lituaniens préparent leur salade de pommes de terre – ou, comme les habitants l’appellent, leur “salade blanche”. Vous trouverez de nombreux morceaux de pâte de la taille d’un croûton appelés Kūčiukai. Ils sont faits de farine ordinaire, d’eau et de graines de pavot et ne sont cuits que pour le réveillon de Noël. Une fois cuits au four, ils deviennent durs en une journée, mais sont toujours déposés au centre de la table selon une vieille tradition. Autre particularité de la veille de Noël, le lait aux graines de pavot ressemble à du lait de poule lituanien. Il est souvent servi avec des biscuits du réveillon de Noël – un peu comme des céréales pour le petit-déjeuner, mais uniquement pour le dîner.

Lettonie

Pois gris, Pīrāgi et Pain d’épices

Priecīgus Ziemassvētkus! – si vous ne pouvez pas dire correctement ‘joyeux Noël’ en letton, vous ne pourrez pas vous asseoir à leur table de Noël ! Et vous ne voudrez manquer pour rien au monde la fête composée de 12 plats, dont, notamment, le rôti de Noël et ses pois gris, ainsi que des friandises traditionnelles telles que des petits pains au bacon et des biscuits au pain d’épices. Vous feriez donc mieux de vous entraîner ! Parce que vous voudrez peut-être aussi goûter au Pīrāgi  ces croissants fourrés au four fourrés à la viande fumée  qui comptent parmi les plats les plus importants du Noël letton. En fait, les Lettons ne les fabriquent que deux fois par an  une fois en hiver, une fois pour le solstice d’été. A propos, saviez-vous que si, dans le monde occidental, la plupart des gens célèbrent Noël comme étant la naissance de Jésus-Christ, selon les traditions païennes préchrétiennes lettones, il s’agit de la renaissance de la jeune fille du soleil…

Estonie

Boudin, Choucroute et Pain d’épices

En Estonie, les mets hivernaux sont copieux et lourds, apportant énergie et chaleur par temps froid. Le festin de Noël ne fait pas exception à la règle (même si peu ragoûtant) : on peut citer le verivorst (boudin), le sült (tête de porc en gelée), le hapukapsas (choucroute), les pommes de terre rôties au four et le porc. Le pain spécial de Noël est cuit au four avec du pain d’épice, une activité pour toute la famille. Les pommes et les mandarines sont également appréciées comme sucreries pour Noël. Le repas de Noël lui-même, pris à la veille de Noël ou la nuit de Noël, est un événement familial important qui remonte aux temps païens. Il devait y avoir sept, neuf ou douze portions de nourriture pour porter bonheur et abondance lors de la prochaine récolte. La nourriture devait rester sur la table toute la nuit et il était interdit de jeter un coup d’œil sous la table, car c’était un lieu sacré où les esprits habitaient et où toute nourriture laissée devait rester là.

Biélorussie

Harengs, Champignons et Kisel

En Biélorussie, Noël prend souvent la deuxième place derrière les célébrations du Nouvel An – un reliquat de l’époque soviétique, lorsque l’idéologie exigeait l’abandon des fêtes “occidentales” et religieuses. Néanmoins, un repas élaboré et ritualisé composé de douze plats sans viande est servi le soir de Noël. Cela découle de la tradition de traiter la période précédant Noël comme une période de jeûne brisée à la tombée de la nuit à la veille du jour de Noël. Pour cette occasion, la table regorge de plats de carême – harengs, crêpes, poissons et champignons, kisel à l’avoine (un dessert composé de fruits, de baies et de fécule de pomme de terre, parfois servi avec du lait). On met aussi de la paille sous la nappe et chaque membre de la famille choisit des pailles pour déterminer qui vivra le plus longtemps. Le dernier plat servi est le Kutsia – du porridge au miel, des graines de pavot, des noix et des raisins secs.

Ukraine

Kutya, Soupe, Dumplings et Gâteau aux fruits

En Ukraine, le repas de Noël commence par la première étoile, considérée comme l’étoile de Bethléem. Après le chant Boh Predvichnyi (“Dieu éternel”), le repas peut commencer… par douze plats traditionnels ! Les Ukrainiens commencent généralement par du Kutya  un plat à base de graines de pavot et de baies de blé mijotant toute la journée dans une casserole et aromatisé au miel. Le prochain plat servi est une simple soupe. Viennent ensuite les plats sans viande comme le Pyrohy ou les boulettes de pâte fourrées avec deux types de garnitures différentes : choucroute et pomme de terre avec du fromage. Les Ukrainiens le mangent avec du Kolach (pain de Noël), tressé en anneau, avec trois anneaux superposés pour symboliser le concept chrétien de la Sainte Trinité : père, fils et saint-esprit. Pour le dessert, les Ukrainiens dégustent un assortiment de gâteaux de Noël avec un gâteau aux fruits et un pampushky un petit pain salé ou de sucre levé.

Roumanie – Moldavie

Saucisses, Piftia, Cornichons et Colacii 

La nourriture roumaine est bien plus que du sarmale et papanasi. Le porc est la viande principale classique utilisée pour préparer toutes les parties du repas de Noël. Fortement lié à la tradition de sacrifier le cochon avant la célébration religieuse, Noël ne serait tout simplement pas Noël sans tous les produits faits maison : recettes de saucisses et de jambon et une longue liste de spécialités comme le toba, le muschi, le caltabos, la chisca, parmi les ingrédients principaux de tous les apéritifs de Noël. Un des plats les plus délicieux de la Roumanie, le piftia, est une recette d’aspic préparée traditionnellement avec une cuisse de porc fumée et de l’ail que l’on déguste avec un pain tressé traditionnel roumain, le colacii. Les Roumains ont également un fort appétit lorsqu’il s’agit de savourer leurs cornichons préférés. Beaucoup préparent encore leurs propres provisions maison pour l’hiver.

Hongrie

Soupe des pêcheurs, roulade de chou et Beigli

Le dîner de Noël est la cerise sur le gâteau pour toutes les familles hongroises, surtout au regard des trois jours de vacances dont ils peuvent profiter. Les locaux dégustent leur Halászlé  la soupe des pêcheurs, une soupe chaude et rouge vif, préparée avec des quantités généreuses de paprika chaud, de carpes ou de poissons de rivière mélangés. C’est un plat de fête populaire, souvent servi à la veille de Noël. Il est accompagné d’une roulade de chou (Töltött káposzta), recouvert de feuilles de chou cuites et farci de viande de porc hachée. Pour le dessert, les Hongrois ne pourraient pas se passer de leur Beigli un rouleau de pâtisserie traditionnellement fourré à la graine de pavot ou à la noix. Bien préparé, le fourrage dense constitue plus de la moitié du gâteau en poids et lui donne un goût riche et spécial. Si ce n’est pas assez, ils peuvent éventuellement savourer un szaloncukor, qui est un bonbon typique souvent utilisé pour décorer le sapin de Noël.

Slovénie

Saucisses faites maison, Pommes de terre rôties et Raviolis sucrés

Selon la tradition slovène, la table est tellement pleine le jour de Noël que même un verre ne peut y être placé. On croit, d’ailleurs, que, juste après minuit, il est bon de manger au moins une saucisse maison faite dans un koline proche (abattage de cochons). Les pommes de terre rôties sont le plat d’accompagnement le plus commun. Les pommes de terre grillées dans le saindoux et les oignons sont particulièrement savoureuses si elles sont préparées dans une poêle en fonte. Pour enrichir le goût des pommes de terre rôties, les Slovènes aiment ajouter des crépitants à la choucroute ou des navets marinés. En dépit de la richesse de la table et des plats délicieux, les Slovènes trouvent toujours de la place dans leur estomac pour quelque chose de sucré après le dîner. Le Štruklji (boulettes de pâte fourrées de diverses garnitures) et le gâteau à la potica sont parmi les plats les plus reconnaissables de la Slovénie.

Croatie

Dinde, Salade d’olives et Fritule

Partout en Croatie, les fours fonctionnent à pleine puissance et le niveau de stress est généralement assez haut, car vous ne pouvez pas cuire des petits pains sucrés et de la dinde rôtie en même temps. La planification est clé ! De nos jours, les Croates préparent traditionnellement de la dinde ou du canard avec du mlinci, mais certaines personnes préfèrent l’agneau rôti ou un délicieux petit cochon de lait avec des pommes de terre et de la salade d’olives. Vous devez également planifier la cuisson des nombreux desserts traditionnels comme le fritule (mini beignets), le medenjac (biscuits au miel), les croissants à la vanille, les biscuits Linzer, le strudel aux pommes, les roulés aux noix et aux graines de pavot et des gâteaux variés en tous genre. C’est à ce moment du repas, souvent, que les mères croates commencent à paniquer et à menacer de ne plus jamais faire un gâteau de leur vie !

Monténégro

Prosciutto, Rôti de porc et Baklava

Le jour de Noël est un festin – et les Monténégrins ne le célèbrent pas qu’à moitié. Pour commencer, il y a du priganice et des tranches de gâteau délicates au menu. Le déjeuner commence par l’apéritif avec du prosciutto traditionnel monténégrin de Njegusi, un village réputé pour son savoir-faire. Il y a aussi des olives, des cornichons et le paradis sur une assiette – une salade russe. La salade russe est un mélange de pois, carottes, pommes de terre, jambon, œufs, mayonnaise et crème sure. Puis vient le prosciutto cuit, servi avec des pommes de terre et chou cuits. C’est assez pour que les invités se desserrent la ceinture et pensent au café. Ils ne réalisent pas qu’ils ne font que commencer. Rôti de porc, veau et agneau suivent encore, accompagnés de délicieuses pommes de terre rôties, carottes et salade de laitue fraîche. Pour couronner le tout, vous trouverez des gâteaux traditionnels comme le baklava et le strudel, accompagnés d’un épais café turc.

Serbie – Bosnie-Herzégovine – Kosovo

Pain d’argent, Haricots, Soupe

La plupart des Serbes sont des chrétiens orthodoxes qui suivent le calendrier julien. La veille de Noël est célébrée le 6 janvier et celle de Noël le 7 janvier. La česnica ou božićna kolač, également connue sous le nom de “pain d’argent”, est mise sur la table le soir de Noël, mais il est interdit d’y toucher jusqu’au matin de Noël, lorsque tout le monde se partage un morceau et en garde un pour le polozajnik ou le premier invité à rendre visite. Le repas de la veille de Noël comprend généralement une soupe. Il peut s’agir de čorba od patlidžana (soupe à la tomate), de soupe de poisson ou de pasulj (soupe aux haricots). Les haricots sont considérés comme un aliment portant chance, mais ils constituent également un aliment parfait pour le jeûne. La salata od pasulja, une sorte de salade de haricots rouges, apparaît souvent au menu de Noël. Pour le dessert, certaines familles servent des biscuits de carême ou de jeûne avec la compote de fruits secs, les fruits et les noix. Ils sont ainsi nommés car ils ne contiennent ni œufs, ni lait, ni beurre, ce qui est interdit pendant l’Avent.

Albanie

Dinde farcie, Salade russe et Bakllava

Alors que dans de nombreux pays, le dîner du réveillon de Noël est l’événement le plus important en fin d’année, en Albanie, le grand festin est réservé au réveillon du Nouvel An. Cela est dû au fait que la population du pays est un mélange de musulmans et de chrétiens. Mais Noël en Albanie est quand même important. Le jour de Noël, chaque maison du pays prépare des repas somptueux de manière conventionnelle. La dinde farcie est la partie la plus importante des repas chrétiens. Elle se marie bien avec les salades russes composées de carottes, de pommes de terre, de haricots, de concombres marinés frais et de petits pois, mélangées à une quantité substantielle de mayonnaise, de préférence faite maison. Le Bakllava est une autre spécialité du dîner de Noël albanais : il est composé de couches de pâte maison extrêmement fines et feuilletées et trempées dans un sirop sucré épais et épicé.

Bulgarie

Sarmi, Pain blanc et Noix

L’église orthodoxe bulgare recommande 13 repas différents pour le réveillon de Noël, tous végétariens, et le chiffre impair symbolise la chance. Le Сарми (Sarmi) est un plat populaire autour de Noël. Soit vous utilisez des feuilles de raisin ou du chou blanc pour les garnir d’épis, d’oignons et de persil. Vous pouvez également les garnir de viande hachée, mais celle-ci ne rentrera pas dans la cuisine végétarienne de Noël. Les Bulgares prisent particulièrement les aliments liés au blé bouilli et aux ragoûts. Ils apprécient également leur Коледна питка (koledna pitka)  un pain blanc traditionnel qui est magnifiquement décoré avec ce que la personne a envie de faire et qui est servi vers Noël et le Nouvel An. Les noix sont également un must sur la table de Noël bulgare ! Traditionnellement, chaque membre de la famille casse une noix pour déterminer son destin pour l’année suivante. On pense que si la noix est bonne, l’année suivante sera pleine de succès. Mais une mauvaise noix annonce le mauvais sort…

Macédoine du Nord

Légumes, Pogaca et Fruits secs

Les Macédoniens du Nord ont un mot spécifique pour la veille de Noël : Badnik. Ce jour-là, les gens restent chez eux avec leur famille. Selon la tradition, le soir, toute la famille se rassemble autour de la table de badnik, qui se doit d’être festive et riche, mais pas trop grasse. Le dîner de jeûne est composé de recettes végétariennes strictes, telles que des légumes cuits, des noix, du pain (pogaca) et des fruits secs. Dans le pain, une pièce de monnaie est mise avant sa cuisson. On dit que celui qui remportera la pièce aura une année particulièrement réussie. La bougie de Noël est ensuite allumée et chacun chante une chanson de Noël. Contrairement à la plupart des nations chrétiennes du monde, les Macédoniens n’échangent pas vraiment de cadeaux à Noël. Un peu triste, non ?

Grèce

Tzatziki, Porc, Veau et Melomakarona

Dans tout le pays, les tables sont garnies de plats de Noël devenus une tradition, transmise de génération en génération. Aucun dîner ne peut commencer sans une sélection de sauces et de pâtes à tartiner de différentes régions du pays : du tzatziki traditionnel, fait avec du yaourt frais, au skordalia rustique, avec des pommes de terre et ail. Ajoutez du pain de pita chaud et une quantité généreuse d’huile d’olive et laissez le dîner commencer ! Le porc est la viande la plus consommée en Grèce à Noël et fait partie d’une tradition très ancienne selon laquelle les familles élevaient un cochon pour qu’il soit abattu le soir de Noël et le servent comme plat principal le lendemain. Le veau est un autre met qui à sa place sur les tables de Noël grecques. Les tendres bouchées de ragoût de bœuf sont encore meilleures lorsqu’elles sont cuites et servies avec du cognac, des abricots et des prunes. Enfin, il faudra encore prévoir vers la fin du dîner des biscuits de Noël grecs traditionnels tels que le melomakarona et les kourabiethes  mais seulement si vous pouvez encore digérer quelque chose.

Chypre

Soupe aux œufs et au citron, Souvla, Kourabiedes

À Chypre, Noël correspond à la période de Kourabiedes  cette période de l’année où les parfums sucrés des biscuits à la mélomakarona emplissent les cuisines. Des plats tels que la dinde farcie ou le Souvla, qui consiste en une viande d’agneau rôtie ou de porc cuite au charbon, sont traditionnellement consommés le jour de Noël. Les Chypriotes apprécient aussi généralement une soupe de frumenty, une sorte de porridge bouilli. Chaque famille prépare son gâteau de Noël composé de nombreux fruits secs et noix et qui décorera la table de Noël pendant de nombreux jours. Il est décoré sur le dessus d’un glaçage blanc, représentant la neige. Ils peuvent aussi opter pour le Kourabiedes un sablé léger, typiquement à base d’amandes et façonné en croissants ou en boules, puis cuit au four jusqu’à être légèrement doré. Les Kourabiedes sont parfois préparés avec du brandy, généralement du Metaxa, pour aromatiser, bien que la vanille, le mastika ou l’eau de rose soient également populaires.

Turquie

Noël n’est pas vraiment un grand évènement en Turquie. Pas autant que dans le monde chrétien de toute façon. Cependant, il est tout à fait possible de célébrer un beau Noël dans certaines églises d’Istanbul et de savourer un festin spécial à la maison avec les meilleurs ingrédients.

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez peut-être les Bon Appétit européens, les Chants de Noël européens, les Gâteaux de Noël européens et les Traditions européennes du Nouvel An.

Fermer le menu