Tics de langage européens

“On vit une nouvelle vie pour chaque nouvelle langue que l’on apprend. Si on ne connait qu’une seule langue, on ne vit qu’une seule fois”

Proverbe tchèque

Une conversation entre deux personnes s’apparente parfois à un match de tennis. Inévitablement, il y a de courtes périodes de silence où l’on s’arrête de parler pour laisser la parole à son interlocuteur. Mais parfois, un orateur ne veut pas renoncer à son tour et souhaite s’accorder un peu plus de temps pour réfléchir à ce qu’il va dire ensuite. L’orateur utilise alors une sorte de bouche-trou sonore pour signaler cela. Un bouche-trou peut être un son ou un mot placé dans la conversation par un participant pour signaler aux autres qu’il/elle fait une pause pour penser, mais n’a pas encore fini de parler. Bien sûr, les langues européennes différent fortement : en anglais, on dit “uh…” ou “um…”, en français “euh…”, en allemand on dit “äh…” et en polonais “yyy…”  Bill Bryson, dans son livre The Mother Tongue, soutient que ces bouche-trous sont généralement des sons qui sont par défaut les sons les plus courants de chaque langue. Découvrons donc sans plus tarder ces tics de langage les plus utilisés à travers l’Europe !

Portugal

é… hã…

Au Portugal, n’hésitez pas à laisser votre interlocuteur attendre votre réponse en prononçant un long “é…” ou “hã…”. Ces bouche-trous sonores sont parfaits pour meubler un silence entre deux mots dans une phrase, à chaque fois que vous avez besoin de davantage de temps précieux pour penser ou garder la parole ! D’autres mots bouche-trou souvent employés sont “então” (“donc”), “tipo” (“de type”) et “bem” (“bien”).

Espagne

e

Saviez-vous que les bouche-trous sonores en espagnol sont appelés muletillas ? Cela veut dire soit “bâton de marche” soit “béquille”. Le muletilla le plus courant en espagnol est juste “e…” [e]. Mais les Espagnols aiment les tics de langage, et ils utilisent des mots tels que “o sea” (ce qui signifie à peu près “je veux dire” et littéralement “cela signifie”), “¿Vale?”  ou “¿no?”…

France – Belgique – Suisse

euh… 

Les francophones usent et abusent de leurs interjection “euh…” [ø]. Dans la conversation, cela communique une hésitation ou signale aux autres que l’orateur a fait une pause pour penser, mais qu’il n’a pas encore fini de parler. Il y a aussi d’autres mots ou tics de langage utilisés par les jeunes pour remplir un silence : “genre“, “comme“, “style“…

Islande

oh…

Les Islandais ont déjà une langue plutôt drôle. C’est d’autant plus vrai quand on écoute leur bouche-trou ! Un tic de langage courant est “hérna” (“ici”). “ski” pour “donc”, est également utilisé comme un mot exprimant l’hésitation. Enfin, “Þúst” qui est une contraction de “þú veist” (“vous savez”), est également populaire parmi les jeunes générations.

Irlande

ehm…

En gaélique irlandais, comme en Heberno-anglais, le bouche-trou sonore le plus courrant est “ehm…” Il y a aussi des mots et tics de langage communs tels que “abair” [abˠəɾʲ] (qui signifie “dire”), “bhoil” [wɛlʲ]  (pour “bien”) , et “era” [ˈɛɾˠə].

Royaume-Uni

um… uh…

En anglais, les bouche-trous sonores les plus courants sont uh…” [ʌ], “er…” [ɜː], et “um…” [ʌm]. Un chercheur a même soutenu que les Anglais ont tendance à utiliser “um…” quand ils essaient de définir ce qu’il faut dire, et “uh…” quand ils sont en train de définir comment le dire. Incroyable, n’est-ce pas ? Chez les jeunes, certains tics de langage sont particulièrement répandus “like” (“comme”), “y’know” (“tu sais”), “I mean” (“je veux dire”), “so” (“donc”), “actually” (“en fait”), “basically” (“essentiellement”), et “right” (“bien”). Comme l’anthropologue Stephen Juan le soutient : “Tout ce que nous disons, nous, humains, est soit complètement sensé ou insensé. Beaucoup de gens n’apprennent jamais la différence”.

Norvège

øh… eh

Les Norvégiens utilisent généralement les bouche-trous sonores “øh…” ou “eh…” pour faire une pause dans leur phrase. Mais ils ont aussi beaucoup de tics de langage comme  “på en måte” (“d’une certaine manière”), “bare” (“juste”) “ikke sant“ (littéralement “pas vrai ?”, soit “sans blague ?”, “tu n’es pas d’accord ?” ou “exactement”), “vel” (“bien”), et “liksom” (“comme”). Il existe aussi des variations régionales telles que, à Bergen, “sant” (“vrai”) est souvent utilisé à la place de “ikke sant“; dans la région de Trøndelag, “skjø” (qui vient de “skjønner” pour “vu ?” ou “compris ?“) est également un tic de langage courant.

Suède

öh… eh…

Les bouche-trous suédois sont appelés utfyllnadsord. Tout comme en Norvège, les sons les plus courants sont “öh…” et “eh…” Certains des mots les plus utilisés comme tics de langage sont “ja” (“oui”), “ba” (qui vient de “bara” et signifie “seulement”) , “asså” ou “alltså” (“donc”, “ainsi”), “va” (qui vient de “vad” et signifie “quoi”), et “liksom” et “typ” (similaire au “style/genre” français).

Finlande

öö

Les Finlandais sont réputés être particulièrement introvertis et les longues discussions sont plutôt inhabituelles en Finlande. Mais lorsque vous avez la chance de rencontrer enfin un Filandais extraverti, vous remarquez qu’il utilise beaucoup le bouche-trou “öö…” Lors de discussions plus longues, certains mots sont également utilisés comme tics de langage, tels que “niinku” (“comme“) et “tuota” (“ceci”).

Danemark

øh… 

Au Danemark, vous gardez la parole dans une conversation avec un bouche-trou sonore assez répandu : “øh…”. Il correspond à peu près au “euh…” français, mais avec une orthographe à la danoise.

Pays-Bas – Belgique

ehm…

Lorsqu’ils essayent de penser à ce qu’ils vont dire, les Néerlandais disent “ehm…” ou “eh…” Il y a aussi des mots utilisés comme tics de langage, comme “dus” (“ainsi”), “eigenlijk” (“en fait”), “zo” (“donc”), “nou” (“bien”) en néerlandais des Pays-Bas. En flamand, on peut aussi entendre “allez” (emprunté aux francophones belges), “(a)wel” (“bien”) ou “weet je?“ (“tu sais ?”)… Allez !

Allemagne – Autriche – Suisse

äh… hm…

Les bouche-trous sonores traditionnels allemands sont “äh…” [ɛː] et “hm…”. En Allemand, on appelle ces bouche-trous des “Füllwörter” (das Füllwort) ou plus précisément des “Modalpartikeln” (die Modalpartikel). Il faut dire aussi que par rapport à beaucoup d’autres langues, l’allemand en est très riche. Ils sont utilisés pour préciser l’attitude ou l’intention de l’orateur et de ce qu’il ou elle a à dire. C’est, par exemple, “so” [zoː], “tja“, “also” et “eigentlich” (“en fait”).

Italie

uh… eh…

Lorsqu’ils essayent de garder la parole dans un débat, les Italiens utilisent les bouche-trous “uh…” ou “eh…”. Mais ils ont aussi beaucoup de tics de langage comme “tipo” (“de type”), “ecco” (“ici”), “cioè” (“en fait”) “diciamo” (“disons”), “allora” (“alors”, “puis”)… En Italie, vous pouvez également garder la parole dans une discussion en utilisant le langage corporel. Beaucoup de gens utilisent leurs mains pendant les pauses pour montrer qu’ils continuent de s’exprimer. Qui a dit cliché ?

Malte

la

En maltais et en maltais anglais, “mela” (“puis”) est un tic de langage assez répandu. Il peut être utilisé pour affirmer quelque chose, comme dans “Vous venez au dîner de Mary ce soir ?” et la réponse serait “mela!“, dans le sens de “bien sûr !”. Le mot “la…” est également un bouche-trou sonore commun.

Tchéquie

mm… uh…

Les tics de langage sont appelés “slovní vata” en tchèque, ce qui signifie “mot de coton” ou “mot de rembourrage“, ou “parasitické výrazy“, pour “expressions parasites”. Et c’est effectivement ce que font ces mots ! Les tics de langage sonores les plus fréquents sont “mm…” et “uh…”. Les mots les plus fréquents sont “čili” (“ou”) “takže” (“donc”), “prostě” (“simplement”) et “jako” (“comme”).

Slovaquie

mm… uh…

En Slovaquie, “oné” (“cela”), “tento” (“ceci”), “proste” (“simplement”), ou “akože” (“c’est comme…”) sont utilisés comme des tics de langage récurrents. “mm…” et “uh…” sont des bouche-trous sonores fortement utilisés. Le “izé” hongrois (ou “izí” dans sa prononciation slovaque) peut également être entendue, en particulier dans les régions du pays avec une forte population hongroise. “Ta” est un tic de langage typique de l’Est du pays et l’une des caractéristiques de la région les plus parodiés.

Pologne

yyy… eee…

En Pologne, on dit  “yyy…” [ɨ] et aussi “eee…” [ɛ] lorsqu’on fait une pause dans une phrase, même si son utilisation est désapprouvée. Il existe aussi d’autres tics de langages tels que “no” [nɔ] (en français “bien”), “wiesz” [vjeʂ] (“vous savez”) ou “po prostu” (“justement” ou “essentiellement”)…

Lituanie

eee…

Quand un lituanien veut signaler aux autres qu’il ou elle fait une pause pour penser, mais n’a pas encore fini de parler, il ou elle dit: “eee…”, “am…” ou “nu…”. En Lituanie, “žinai” (“vous savez”), “”ta prasme“ (“c’est-à-dire”), “tipo” (“de type”) sont également des tics de langage communs.

Lettonie

ee…

Pas particulièrement original, les Lettons utilisent le même tic de langage que leurs voisins “ee …” pour exprimer leur hésitation lorsqu’ils parlent.

Estonie

ee… ää… öö…

En Estonie, quand vous ne savez pas quoi dire, dites simplement,”ee…”, “ää…” ou “öö…” Ce sont les sons ce qui viennent naturellement là-bas. Il y a aussi beaucoup de termes estoniens qui sont utilisés comme des tics de langage dans les conversations.

Biélorussie

Э-э…

En Biélorussie, les tics de langage sont appelés “слова-паразиты”  (“mots vermine”). Le son bouche-trou le plus commun est “Э–э …” (“eh”). Il y a d’autres “mots vermine” tels que “вот”  (“c’est ici“), “это” (“ceci”), “того” (“cela”), “ну” (“bien”), “значит” (“cela signifie” ), “так” (“donc”), “как его” (“ce dont il s’agit“), “типа”  (“comme”), “andкак бы” (“[tout] comme“).

Ukraine

e…

Lorsque les ukrainiens entendent le son “e…“, ils continuent d’écouter plutôt que de commencer à parler. Cela peut être très pratique dans certaines situations… Les ukrainiens ont aussi des tics de langage tels que les mots “ну” (“bien”), “і” (“et”), “цей” (“ceci”), “той-во” (“celui-ci”) qu’ils utilisent énormément dans leurs discours et leurs discussions.

Roumanie – Moldavie​

ă…

Les Roumains et les Moldaves ont un tic de langage assez simple, “ă…” [ə], qui peut être prolongée en fonction de la durée de la pause dans le discours, ce qui donne à l’écrit “ăăă…” ! Le tic de langage “păi” [pəj] est largement utilisé par presque tout le monde, tandis que “deci [detʃʲ]” (“donc”) est plus fréquent chez les jeunes.

Hongrie

ő…

En Hongrie, le bouche-trou sonore “ő…” est assez fréquent dans les conversations. Les tics de langage hongrois sont aussi nombreux, tels que “hát” (“maintenant»), “nos” (“bien”) et “asszongya” (une variante de “azt mondja“, qui signifie “il est dit ici…“). Chez les intellectuels,”ha úgy tetszik” (“si vous voulez”) est beaucoup utilisé.

Slovénie

e…

Le “e…”, utilisé comme bouche-trou dans une conversation, est assez fréquent en Slovénie. Les Slovènes ont également des tics de langage plus fins, tels que les mots “pač” (“mais”, même si le mot a perdu ce sens dans le langage familier, et est utilisé comme un moyen de donner davantage d’explication), “a ne?“ (“ah oui ?”), et “no” (“bien”) sont quelques-uns des tics de langage les plus fréquents dans le centre de la Slovénie et à Ljubljana.

Albanie

eee…

Vous avez besoin d’un bref moment de réflexion lors d’une discussion en albanais (même si ça ne doit pas être bien courrant) ? Prononcez seulement un long “eee…” [e] pour divertir votre auditoire et le tour est joué !

Croatie – Serbie – Bosnie-Herzégovine

yx…

Yx …”: voici donc le tic de langage le plus répandu en Bosnie-Herzégovine, Serbie et Croatie. Mais il existe aussi dans la région d’autres tics de langage pratiques tels que les motsovaj“, “onaj“, “znači” (“qui signifie”) ou “to jest” (“ceci”, “cela” et “c’est”). En Serbie, le tic de langage “Jebote” apparaît partout dans les discours informels, un peu comme “like” en anglais. Utilisez-le cependant avec une certaine prudence, car cela signifie littéralement “f ***“.

Bulgarie – Macédoine du Nord

ъ…

Le tic de langage le plus répandu en Bulgarie est “ъ…” (“euh”). Mais les Bulgares abusent de tics de langages tels que “амии” (“amii”), “тъи” (“tui“, “ainsi”), “така” (“tala“, “donc”), “добре” (“dobre“, “bien“), “такова”(“Taková“, soit à peu près “ceci” ou “cela »), “”значи” (“znachi“, “c’est-à-dire“) et “нали” (“nali“, “n’est-ce pas ?“).

Grèce

ε… εμ

Vous parlez grec ? Grand bien vous en fasse ! Donc vous pouvez dire “ε…” (e) ou “εμ…” (em) chaque fois que vous avez besoin de plus de temps pour réfléchir. Lorsque l’on parle grec, attention à ne pas trop répéter “λοιπόν” (“donc“) et “καλά” (“kala“, “bon”) : ce sont des tics de langage assez communs et irritants à la longue.

Turquie

eee… ııı… ooo…

Faites attention si vous parlez anglais en Turquie parce que “um…” (l’équivalent du “euh…” français) signifie vagin là-bas. Les turcs disent plutôt “eee”, “ııı” ou “ooo” à la place. Ils ont aussi le tic de langage “hani” ou “bildiğin gibi”, qui signifie “vous savez”. Mais si ! Vous savez ?

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez peut-être les Bouche-trous européens, les Mots européens les plus longs, les Mots intraduisibles européens et les Toasts européens.

Fermer le menu