Instruments de musique européens

“Le monde en journée est comme la musique européenne; un concours fluide d’une vaste harmonie, composé de concorde et de discorde et de nombreux fragments déconnectés.”

Rabindranath Tagore, poète, écrivain, compositeur bengali

Rien ne transporte autant l’âme que la musique et il n’y à rien qui contribue autant à l’âme européenne que l’inventivité de ses instruments de musique. Que vous écoutiez une symphonie classique ou un mariage magyar, sur une colline slovaque ou sur une plage hawaïenne, que vous souhaitiez gratter ou souffler, vous pouvez parier qu’il existe un instrument européen pour vous accompagner dans l’oeuvre. Qu’est-ce qui lie le guerrier islandais, la vierge de Copenhague et… un morceau de beurre ? Comment jouer de la musique quand elle ne peut plus être jouée ? Où en Europe pouvez-vous entamer un morceau avec une sorte de bâton diabolique fait maison ? Découvrez ci-dessous notre guide des instruments de musique à travers l’Europe !

Portugal

Le Ukulélé

La plus célèbre invention musicale du Portugal a vu naissance presque à l’autre bout du monde : à 12 000 kilomètres de là, au milieu de l’océan Pacifique. À la fin du 19e siècle, Joao Fernandez se rend à Hawaï, emportant avec lui un petit instrument en forme de luth connu sous le nom de cavaquinho, de branguinha ou de machette de braga. Les habitants ont été ravis de ce petit instrument d’accompagnement – et ont renommé l’instrument à quatre cordes le ukulélé. L’instrument, originaire de l’île portugaise de Madère au large des côtes africaines, est désormais davantage associé aux ballades tropicales hawaïennes. Le banjolele, un hybride qui incorpore des caractéristiques du banjo, a été rendu célèbre par les films du comédien britannique des années 1940, George Formby.

Espagne

La Guitare

La référence musicale de l’Espagne est aussi celle qui a pratiquement pris le dessus sur toute la musique moderne. La guitare acoustique telle que nous la connaissons vient probablement d’Espagne et du début du XVIe siècle, siècle au cours duquel les Espagnols inventèrent une façon simple de pincer des accords pour accompagner la voix humaine ou donner un rythme à la danse. Autrefois reposant sur son propre corps résonnant creux pour amplifier le son, l’instrument électrique moderne se dote en plus d’un écran plat avec des micros magnétiques et une prise de câble. Faciles à jouer, à transporter et à amplifier, les guitares sont devenues la quintessence de la musique pop moderne depuis plus de soixante ans.

France

Le Hautbois

Le hautbois, l’un des quatre instruments à vent de l’orchestre classique et instrument fétiche de Louis XIV, semble être originaire de la France du milieu du 17e siècle. Contrairement à la clarinette, le hautbois utilise une anche double pour générer un son à partir du souffle du joueur; son son brillant et fort peut produire un timbre plein et charmant (bien qu’il puisse aussi résonner pour certains  comme le cri d’un canard). Il est si perçant qu’il est l’instrument qui joue traditionnellement le “la” sur lequel tous les instruments s’accordent en début de concert; mais la manière de produire son son en fait l’un des instruments d’orchestre les plus difficiles à maîtriser. (Seul le cor français — qui, d’ailleurs, n’est pas véritablement français — serait plus dur à jouer). Rares sont ceux qui peuvent jouer de l’instrument avec la virtuosité ou la franchise d’une clarinette ou d’un saxophone : et c’est probablement la raison pour laquelle il a été peu adopté dans le jazz ou la musique pop.

Islande

Le Langspil

Appartenant à la famille des cithares, le langspil a été importé du nord de l’Allemagne et du sud de la Scandinavie. On lui retrouve de lointains cousins tels que le dulcimer des montagnes en Pennsylvanie, aux États-Unis, importé par des colons allemands. Il n’existe pas une seule façon de construire un langspil, mais l’instrument aura typiquement deux cordes, qui jouent une seule note continue, tandis qu’une troisième corde plus haute souvent frettée permet de jouer une mélodie en la pinçant ou la martelant, tandis que l’instrument lui-même est posé sur les genoux du joueur assis.

Irlande

Le Bodhrán

Le bodhrán (bow-ron) est une sorte de tambour rond, apparenté au tambourin, qui donne au jig irlandais traditionnel son rythme, aux côtés d’autres instruments tels que la flûte, la concertina et le violon. Traditionnellement, il est fabriqué à partir d’un anneau de saule ou de bois de rose, avec une membrane de peau de chèvre ou de mouton – bien que de nos jours, des alternatives artificielles soient souvent utilisées. L’instrument est posé sur le genou du joueur assis et frappé avec un petit bâton à double face, appelé batteur ou benne basculante, qui permet au joueur d’émettre une grande variété de sons. L’autre main du joueur se trouve à l’intérieur de la tête du tambour et, en brossant différentes zones de la peau, elle peut créer une grande variété de tons, de hauteur et de résonance.

Royaume-Uni

Le Concertina

Cet instrument d’accompagnement polyvalent et compact a été inventé à Londres par Charles Wheatstone vers 1829 (bien que des conceptions similaires aient été développées en parallèle en Allemagne). En tant qu’instrument à anche, celui-ci génère de l’air non pas par le souffle, mais en tirant la partie centrale de l’intérieur et vers l’extérieur comme un soufflet. Dans le concertina anglais original, la hauteur est modifiée par quatre rangées de boutons à chaque extrémité, permettant au joueur de jouer les 12 notes de la gamme chromatique conventionnelle avec facilité. Le scientifique Michael Faraday a utilisé cet instrument pour démontrer la physique du son; Lord Balfour, brièvement Premier ministre au début du XXe siècle, en était un joueur passionné. Bien que l’instrument ait eu une utilisation limitée dans la musique classique, il est maintenant davantage utilisé dans la musique folklorique anglaise et irlandaise.

Norvège

Le violon Hardanger

Les Norvégiens sont bien connus pour vouloir faire les choses différemment ! Pour eux, le violon traditionnel à quatre cordes n’était tout simplement pas assez bon pour rendre justice aux danses traditionnelles comme le gangar, le halling ou le springar – ils ont donc décidé d’en ajouter quatre ou cinq de plus. Encore plus déroutant, les cordes supplémentaires du violon Hardangernommé d’après une région de l’ouest de la Norvège – ne sont pas touchées par l’archet du joueur, mais se trouvent en dessous, résonnant “de manière sympathique” quand elles entendent un son qu’elles aiment. Cela – combiné avec un chevalet plat permettant à deux cordes d’être frottées à la fois – permet même au joueur solo de se faire entendre même au milieu des festivités les plus folles. Traditionnellement, le violon Hardanger est fabriqué à partir de matériaux locaux comme la corne de vache, l’épicéa, l’érable et le pommier, avec des motifs décoratifs comme des roses peintes sur le corps et de la nacre utilisée pour orner ses bords. On en retrouve de nombreux modèle aux États-Unis  suite à une importante vague de migration nordique au milieu du XIXe siècle.

Suède

La Nyckelharpa

Les Suédois voulaient surpasser leurs voisins nordiques et ont ajouté, non seulement des cordes supplémentaires à leur instrument, mais aussi un clavier complet. L’instrument semble venir tout droit d’Allemagne, et il est lié à la vielle à roue. Bien que le son de la nyckelharpa (“violon clé”) soit toujours fait à partir d’un arc de crin traditionnel, différentes notes peuvent être produites non pas en arrêtant la corde avec la main gauche, mais en appuyant sur des touches situées le long du cou. L’instrument dispose également d’une corde de bourdon, qui peut produire un son grave continu pour accompagner la mélodie plus volante. Contrairement au violon, il est souvent joué horizontalement, avec une sangle passant autour des épaules du joueur, un peu comme une guitare.

Finlande

Le Kantele

Le kantele finlandais semble être un descendant de son lointain cousin arabe le qānūn, qui est arrivé en Europe au 12ème siècle. Apparenté à la cithare, ses cordes – jusqu’à 35! – sont étirés sur un cadre sans cou et pincés. Bien que principalement associé à la musique folklorique locale, vous pouvez également entendre un kantele finlandais en accompagnement de la berceuse All Is Found dans le film Disney Frozen 2.

Danemark

Le Lur

Les archéologues ont découvert les premiers modèles de ces curieux instruments à corne en fonte à la fin du XVIIIe siècle, et beaucoup d’autres ont été découverts depuis, principalement au Danemark mais aussi ailleurs en Scandinavie. Le plus étonnant est que certains d’entre eux peuvent encore être joués même s’ils ont plus de 3000 ans d’âge ! Ces spécimens ont été qualifiés de lur, désigné dans les mythes islandais comme invoquant des guerriers au combat, bien qu’ils puissent également avoir été utilisés dans des rituels de transe lors de cérémonies religieuses. Musicalement, l’instrument est assez simple, avec des harmoniques permettant à un joueur de produire entre 8 et 12 notes riches et sonores. Ils ont souvent aussi une assiette décorative, ornée d’une dizaine de dépressions. Les Danois ont tenu à s’identifier à ce témoignage de leur fier passé de guerrier; deux lurs entrelacés ornent le logo de la principale marque de beurre du pays – connue, bien sûr, sous le nom de Lurpak. Sur la place centrale de Copenhague, en face de l’hôtel de ville, se trouve une statue en bronze de deux souffleurs de lur qui, selon la légende, font sonner leurs instruments si une vierge passe devant eux.

Pays-Bas

Le Virginal

Ce pilier de la musique baroque du XVIIe siècle n’a pas été inventé aux Pays-Bas, mais le pays a une prétention décente à être l’un des plus fervents partisans de l’instrument. Le luthier Hans Ruckers l’Ancien est né en 1555 à Malines, et a vécu plus tard à Anvers, tous deux dans la Belgique moderne. Il a construit plusieurs des meilleurs et des plus beaux clavecins virginal, dont beaucoup ont survécus plusieurs siècles, au gré de multiples rénovations et révisions. Le clavecin est un instrument harmonique polyvalent, entendu en accompagnement de toutes les œuvres d’ensemble du XVIIe siècle telles que celles de Purcell, Bach ou Haendel. Comme ses cordes sont pincées plutôt que martelées, l’instrument n’a pas la gamme dynamique et émotionnelle du piano qui l’a finalement supplanté. L’innovation la plus célèbre de Ruckers a été d’ajouter un deuxième clavier, souvent réglé sur un quatrième parfait en dehors du premier, permettant au joueur de se transposer rapidement dans une autre touche.

Belgique

Le Saxophone

La Belgique revendique l’un des rares instruments qui soient à la fois inventés par un seul individu, mais portant également son nom. Adolphe Sax est né dans la ville francophone de Dinant en 1814, avant même que le pays de Belgique n’existe. Joueur de clarinette et d’autres instruments à vent, il a étudié au Conservatoire de Bruxelles. Après avoir expérimenté de nombreuses inventions dont un orgue et un écran de réflexion sonore, il a finalement présenté son chef-d’œuvre, le saxophone, destiné à combiner le son puissant des cuivres comme la trompette avec la polyvalence du bois. Les saxophones existent en plusieurs types, y compris les sopranos et altos aigus, et les ténors et barytons plus profonds. Toutefois l’orchestre composé uniquement de différents types de saxophones n’a jamais vraiment décollé. Des compositeurs classiques comme Britten et Glazunov ont écrit pour le saxophone comme instrument d’orchestre ou de solo. Il a par contre véritablement atteint la popularité mondiale grâce aux groupes de jazz d’Amérique du XXe siècle, atteignant la virtuosité avec des musiciens comme Charlie Parker et John Coltrane.

Allemagne

Le Tuba

Le membre le plus gros de la famille des cuivres a été breveté par Johann Moritz et Wilhemlm Wieprecht à Berlin en 1835. Bien qu’il soit fréquemment utilisé dans l’orchestre classique, le tuba est également associé aux parades et autres fanfares militaires (ces derniers dirigés par Wieprecht) : en grande partie du fait qu’ils soient facilement portable, du moins par rapport aux instruments de hauteur comparable tels que la contrebasse. Un autre instrument allemand, le tuba de Wagner, a été inventé par le compositeur une vingtaine d’années plus tard, alors qu’il cherchait un instrument pour parfaire la grande variété de cuivres dans son orchestre et célébrer l’arrivée des dieux au Valhalla dans son opéra Das Rheingold.

Autriche

L’Arpeggione

Au cours de votre tournée européenne, ayez une pensée pour toutes ces innovations instrumentales qui ont failli réussir mais qui n’ont pas remporté le succès escompté. Tel est le sort de l’arpeggione, inventé en 1823 par Johann Stauffer à Vienne. Tout en étant accordé et fretté comme une guitare, l’instrument hybride se plaçait entre les genoux pour être courbé comme un violoncelle, avec des cordes réglées de manière à faciliter le jeu de deux notes à la fois. Hélas, cet arrangement s’est avéré trop difficile à gérer pour les bonnes gens de Vienne et le son n’avait finalement rien de spécial… Après un bref effet de mode, l’arpeggione s’est donc retrouvé au placard. La seule raison pour laquelle les gens mentionnent encore l’instrument est que, pendant sa brève période de gloire, Franz Schubert a composé une œuvre qui en faisait usage, accompagnée de piano. Malheureusement, il n’a pas fait circuler la sonate tout de suite : lorsqu’elle fut publiée après sa mort dans les années 1870, peu de gens parvinrent même à mettre la main sur cet instrument pour la jouer. Aujourd’hui, bien que toujours connue sous le nom de Sonate Arpeggione, l’œuvre est généralement jouée au violoncelle ou à l’alto…

Suisse

Le Cor des Alpes

Que peut bien faire un berger alpin solitaire, avec seulement son troupeau et les grands pins de la forêt pour compagnie ? Et bien, il construit un cor des Alpes, pardi ! Initialement évoqué par écrit au XVIe siècle, cet énorme instrument a longtemps été soufflé à travers les vallées pour invoquer des créatures de toutes sortes – les vaches pour la traite et les fidèles pour la prière. Contrairement aux instruments à vent en métal, celui-ci est en bois – sa longueur et sa hauteur dépendent traditionnellement de la hauteur de l’arbre utilisé pour le fabriquer – mais il est généralement considéré comme un instrument à cuivres en raison de sa qualité sonore. Joyeusement réinventé pour les touristes comme moyen d’étouffer le bruit du yodel, le cor des Alpes est désormais souvent fait de bois de frêne ou même de fibre de carbone.

Italie

Le Piano

La Botte peut revendiquer plusieurs instruments extrêmement importants. Les deux premiers luthiers de l’Histoire, André Amati et Gasparo di Bertolotti, se sont établis à Crémone et à Brescia au XVIe siècle, établissant le modèle de l’instrument moderne. Mais la couronne italienne doit sûrement aller à l’instrument polyvalent de la musique classique, bien que le plus lourd. Le piano jouit de nombreuses fonctionnalités innovantes, il a pourtant été inventé par une seule personne, Bartolomeo Cristofori, à Florence vers 1700. Cristofori s’ennuyait à fabriquer des clavecins qui, bien que moyen d’accompagnement presque universel, ne pouvaient pas soutenir le son, ni jouer à des volumes différents. Cristofori s’est ingénieusement mis à résoudre ces problèmes un par un, en remplaçant les plectres de cueillette par des marteaux percutants, en introduisant un échappement permettant au marteau de tomber et de ne pas ternir le son, un dispositif pour empêcher les marteaux de rebondir contre la corde, et un ensemble d’amortisseurs pour empêcher les cordes non utilisées de résonner. Avec une rigueur germanique, Cristofori nomma son instrument le clavicembalo col piano e forte un “clavecin avec doux et fort”. Cette étonnante invention a trouvé peu de succès dans son pays d’origine ou de son vivant, mais la nouvelle s’est répandue en Allemagne où elle a finalement trouvé son public. Vers 1830, un certain nombre d’innovations technologiques ont été apportées permettant de régler les cordes à une tension plus élevée, avec des cadres en fer et des marteaux à pointe de feutre, pas de cuir. Les instruments antérieurs à cette date sont maintenant appelés fortepianos, et les plus modernes pianofortes.

Tchéquie

Le Vozembouch

En Tchéquie, quand il s’agit d’instruments de musique, on croit fermement à l’instrument de bricolage. Le vozembouch (“tampon sur sol”) ne prétend pas être ce qu’il n’est pas : mise à part sa manière de jouer cohérente, chaque instrument est aussi unique à son propriétaire. À l’origine, c’était un violon à une seule corde, courbé avec du crin de cheval et doté d’une vessie d’animal comme caisse de résonance. De nos jours, il fonctionne comme un instrument à percussion, constitué d’un bâton vertical d’environ 1 mètre de haut, souvent en bois de hêtre, auquel sont collés divers objets : petites caisses claires, cymbales, cloches, hochets, rubans, boîtes de conserve, tambourins, bouchons de bouteille, planches à laver – bref, tout un tas de bric-à-brac. Tout cela est surmonté d’une tête en bois décorative, représentant souvent le diable. Ni standardisé ni produit en série, tant que cela semble impressionnant et sonne ok, il y a peu de règles pour construire votre propre vozembouch !

Slovaquie

La Fujara

En Slovaquie, plus c’est gros, mieux c’est. Cette “flûte basse” gigantesque est aussi grande qu’un homme : parfois même plus de 2 mètres de long ! Si longue, en fait, que le joueur ne peut généralement pas atteindre les trous des doigts quand il souffle depuis le haut : il doit donc utiliser une rallonge qui lui permet de souffler dans une ouverture plus proche du milieu de l’instrument. Une fujara traditionnel est fait de bois de sureau vieilli pendant 3 ans et décoré par le fabricant avec des motifs particuliers. Comme il n’a que trois trous pour les doigts, le joueur doit également changer la hauteur en contorsionnant la bouche pour faire des harmoniques, tout comme un trompettiste. À l’origine un instrument de bergers, la fujara est aujourd’hui devenu un symbole de fierté nationale : déclaré patrimoine immatériel de l’humanité par l’UNESCO en 2008, il est l’accompagnement parfait d’une chanson célébrant le héros hors-la-loi du 18e siècle Juraj Jánošík – ou tout simplement l’instrument pour   mettre en musique les difficultés du berger solitaire.

Pologne

La Koza

L’instrument le plus célèbre de Pologne est une sorte de cornemuse, dans laquelle l’air contenu dans un sac est pressé pour produire un son tandis que le joueur modifie la hauteur en déplaçant ses doigts sur une sorte de flûte à bec. Un tuyau de bourdon séparé produit un son continu pour accompagner la mélodie. Les Kozas sont populaires dans les pays qui étaient autrefois associés à l’empire austro-hongrois, y compris la Hongrie, la Pologne, la Biélorussie et les Balkans modernes. En polonais, Koza signifie “chèvre”, l’animal écorché pour fabriquer le sac. La fourrure de la chèvre est également souvent attachée et une petite sculpture de l’animal trône à son sommet. Les Kozas fabriquées à partir de chèvres noires sont connus sous le nom de kozioł weselny et sont traditionnellement utilisées lors des mariages.

Estonie – Lettonie – Lituanie

Le Kokle (LV) Le Kannel (EE) Le Kanklės (LT)

Ces instruments, connus collectivement sous le nom de psaltérion balte, sont similaires au kantele finlandais (le kannel estonien à cette particularité d’être en plus plutôt courbé). En Lituanie, le kanklės a une association plutôt funeste : les Lituaniens croient en effet que l’instrument ne peut gagner son âme sonore que si le bois est coupé le jour de la mort d’un être cher; en jouer est donc vu comme un acte spirituel semblable à de la méditation. En Lettonie, les cordes du kokle ne reposent pas sur un pont, ce qui rend le son plus silencieux mais plus riche.

Biélorussie

La Surma

La Surna, également connue sous le nom de trompette biélorusse, est un instrument de musique à vent, dont les premières références se trouvent dans des documents biélorusses du 13e siècle. À côté des trompettes droites, elles étaient aussi courbes, parfois recouvertes d’écorce de bouleau. La trompette était principalement utilisée pendant la guerre comme instrument de signalisation. La vie quotidienne des chevaliers médiévaux en temps de guerre ne peut être imaginée sans cet instrument.

Ukraine

La Trembita

Toutes les dames meurent d’envie de le savoir  qui a le plus long ? Et les Ukrainiens sont prêts à vous le dire. On dit que la trembita, une sorte de cor de montagne, est l’instrument de musique le plus long du monde, s’étendant jusqu’à huit mètres. Et sa technique de fabrication est tout aussi longue : l’instrument idéal est taillé dans un sapin âgé de plus de 120 ans idéalement un qui a été frappé par la foudre pour vous assurer un bon son de trompette. Inventée par le peuple hutsul des Carpates, la trembita a été un moyen de communication à travers les larges vallées, informant les habitants des collines voisines un décès, des naissances, des mariages ou des guerres, ou simplement l’arrivée prochaine d’un troupeau de moutons.

Roumanie – Moldavie

Le Nai

Less troupes roumaines folkloriques traditionnelles comprennent généralement un violon, un cobza en forme de luth et un flûte de pan nai, parfois avec une batterie ou une contrebasse pour jouer la mesure. Le nai moderne en bambou peut jouer de plus de 20 notes couvrant trois octaves. Contrairement à la flûte de pan sud-américaine, les tubes du nai ne sont pas disposés en ligne droite, mais en courbe, permettant aux joueurs d’atteindre chacun des tuyaux en tournant la tête. Les différents tuyaux varient également en diamètre et en longueur, ce qui permet une tonalité plus cohérente lorsque le joueur se déplace de haut en bas.

Hongrie

La cruche à eau Cegléd

Les Hongrois sont ingénieux lorsqu’il s’agit de faire de la musique, et l’un des principaux outils des musiciens folkloriques roms est… la cruche à eau ! Traditionnellement originaire de la ville de Cegléd, juste au sud-est de Budapest, la kanna Ceglédi conçue au XXe siècle est un contenant métallique destiné à l’origine à contenir plusieurs litres d’eau. Grâce à sa forme distinctive, y compris une poignée inclinée, un bec cylindrique et un bord étroit, le joueur, qui tient l’instrument entre ses jambes assises, peut créer une variété de sons percussifs et rythmiques en le frappant avec l’une ou l’autre main. Nous ne pouvons pas confirmer les rumeurs selon lesquelles les musiciens assoiffés pouvaient également le remplir d’autre chose que de l’eau…

Slovénie – Croatie – Serbie – Monténégro

Le Tamburica

Le Tamburica est un instrument proche des lutes avec un long cou que l’on retrouve dans la musique folklorique traditionnelle de la région des Balkans et en Hongrie. Il est peut-être lié au tambour persan, arrivant dans la région via l’occupation ottomane ou via la Grèce. Les frettes peuvent être déplacées permettant à l’instrument d’être joué dans différents types d’échelle. L’accord exact est varié, mais est souvent joué par paires, ce qui permet au joueur de répéter rapidement la même note comme avec une mandoline.

Bosnie Herzégovine

Le Diple

Le diple, également connu sous le nom de mih, a d’abord été une cornemuse, avant que les Bosniaques ne se débarrassent du sac et y ajoutent un tuyau, transformant l’instrument en une sorte de flûte à bec. Bien qu’il n’y ait pas de note de bourdon, le chanteur comporte deux trous percés dans une seule pièce de bois, dont l’un a six trous et l’autre deux, surplombé d’une anche de style clarinette. Cela permet au joueur de produire deux sons à la fois. Les bergers ou les artistes animant les mariages peuvent ainsi obtenir deux sons pour le prix d’un. L’instrument est souvent en bois d’érable, avec des éléments en corne de vache ou en étain.

Kosovo – Albanie

L’Ocarina

L’un des instruments les plus anciens d’Europe, plus vieux même que le lur danois, vient d’un de ses pays les plus jeunes. Il y a un demi-siècle, dans le village de Runik, dans la vallée de Drenica, des archéologues ont découvert une ocarina estimée vieille de cinq à huit millénaires. À peine huit centimètres de haut avec des trous pour les doigts et un embout buccal, cet instrument devait ravir un berger local ou son troupeau bien avant l’histoire moderne ou la construction des pyramides égyptiennes…

Bulgarie – Macédoine du Nord

La Kaba Gaida

Cette variété locale de cornemuse fait la fierté des Bulgares ! Et en particulier la Kaba Gaida grave, qui présente une sorte de flûte à la fois hexagonal et courbe à l’extrémité. Le roseau est fait de bois de sureau, assemblé au cours du mois le plus froid de l’hiver et vieilli pendant plusieurs années.

Grèce

Le Bouzouki

Cet instrument, membre de la famille des lutes, montre à quel point la Grèce est un carrefour culturel : c’est une importation de Turquie adaptée aux techniques italiennes. Comme la mandoline, l’instrument a des cordes en paires de hauteur constante permettant au joueur de répéter rapidement les notes. Traditionnellement, le bouzouki ancien avait trois paires de cordes, tandis que les bouzoukis plus récents en ont quatre, pincées avec un plectre. L’instrument est omniprésent dans la musique pop et folk grecque, souvent accompagné de ses petits frères, les baglamas, la kithara (guitare), le violon, l’accordéon ou le piano.

Chypre

Le Laouto

Contrairement au oud et aux autres luths à manche court, le laouto a une corde de tension plus élevée en raison de son manche plus long et est donc plus aigu que le oud. C’est un instrument fretté à long manche de la famille des luth, que l’on retrouve en Grèce et à Chypre. Le rôle du laouto dans la musique traditionnelle est avant tout celui de l’accompagnement. Le laouto est souvent joué en duo avec la lyre crétoise ou avec le violon (à Chypre).

Turquie

Le Kemençe

L’instrument phénoménal et l’icône presque symbolique de la région de la mer Noire est un instrument folklorique traditionnel à trois cordes joué à l’aide d’un archet. Afin de ne pas être confondu avec le violon classique dans la musique occidentale, l’instrument est souvent surnommé ‘le violon de la mer Noire’. Son usage diffère des autres cultures puisque il est souvent jouer de manière dynamique et accompagné d’une danse.

Un grand merci à Jack Schickler pour avoir orchestré cet article !

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez peut-être aussi :
Fermer le menu