Grèce – Les Douze Travaux d’Héraclès

Héraclès est le fils préféré de Zeus, le maître des dieux. D’une force prodigieuse, il fait l’admiration de tous. Tous ? Pas tout à fait : Héra ne pardonne pas à Zeus d’avoir conçu Héraclès avec une humaine. Elle a juré la perte du héros et déchaîne contre lui ses sortilèges, le poussant à commettre un crime abominable. Pour racheter sa faute, Héraclès doit accomplir douze travaux en douze ans. Il sait qu’il ne peut compter que sur sa force et sa ruse pour affronter les pires épreuves imaginées par la déesse…

Le lion de Némée

Le première travail d’Héraclès fut de se rendre dans la forêt de Némée et de tuer le lion qui dévore les troupeaux des bergers. Le demi-dieu lui décocha des flèches dans un premier temps puis tenta de l’abattre avec son glaive. La peau de l’animal était extrêmement solide et impénétrable. Héraclès ramassa une branche d’olivier et s’en fit une massue pour assommer le lion. Il l’emmena dans une caverne qui s’avérait être l’antre du lion puis bloqua l’entrée avec un rocher. Héraclès sauta sur le dos de l’animal et l’étouffa, accomplissant ainsi son premier travail. Il utilisa ensuite une de ses griffes pour le dépecer et ramener la dépouille à Eurysthée.

L’hydre de Lerne

La deuxième tâche du demi-dieu était de vaincre l’hydre de Lerne. Sur le chemin, il croisa Iolas, son neveu, qui lui proposa son aide pour vaincre la bête. Héraclès décocha une flèche sur l’une des têtes de l’hydre mais deux nouvelles repoussèrent immédiatement. Héraclès trancha les têtes tandis que Iolas brûlait les cicatrices afin de les empêcher de repousser. Face à la tête immortelle restante, Héraclès l’enterra dans le marais et trempa ses flèches dans le sang empoissonné de l’hydre pour rendre tous ses coups mortels.

La biche de Cérynie

La mission d’après consistait à capturer la biche de Cérynie, qui allait à une vitesse spectaculaire et qui avait des cornes d’or et des sabots d’airain. Il la poursuivit pendant un an et lui décocha une flèche entre l’os et le tendon de la patte en prenant soin de choisir une flèche non empoisonnée par le sang de l’hydre. La biche fut immobilisée sans qu’une goutte de sang ne fut versée. Il chargea l’animal sur ses épaules et traversa l’Arcadie pour se rendre chez Eurysthée.

En chemin, il rencontra Artémis et Apollon, qui l’accusèrent de sacrilège pour avoir maltraité la bête. Le héros s’en excusa et fit ressortir l’obligation dans laquelle il se trouvait, rejetant la responsabilité sur Eurysthée. La colère d’Artémis s’apaisa et elle l’autorisa à se rendre à Mycènes à condition de relâcher ensuite sa protégée sans lui faire de mal. Héraclès amena donc la biche à son cousin qui l’enferma dans une cage. Le lendemain, à la plus grande stupeur d’Eurysthée, la biche avait disparu.

Le sanglier d’Érymanthe

Pour son quatrième travail, le héros devait capturer un sanglier qui vivait sur la montagne d’Érymanthe. Ce sanglier avait la particularité d’avoir les défenses faites en métaux très tranchants. Il détruisait tout sur son passage. Il fut facile pour Héraclès de pister le sanglier car il était si lourd que ses traces étaient fortement marquées sur le sol. Il poursuivit le fuyard pendant longtemps. Quand le sanglier fut épuisé, notre héros sauta dessus, l’attacha puis le ramena.

Les écuries d’Augias

Héraclès reçu la tâche de nettoyer les écuries d’Augias, qui n’avait pas été entretenues pendant plus de 30 ans. Il fit évacuer les animaux des écuries et se mit à creuser un fossé jusqu’au fleuve le plus proche, l’Alphée. L’eau s’y engouffra. Héraclès créa un barrage au niveau d’un second fleuve voisin, le Pénée. Il fit déborder le réservoir ainsi formé : l’eau débordante se précipita dans la vallée, envahissant les écuries et les nettoyant de toutes ses immondices. Le soleil finit de sécher le sol.

Les oiseaux du lac Stymphale

Le fils de Zeus dû ensuite tuer des oiseaux du lac Stymphale, qui avaient le bec, les serres et les ailes en airain. Athéna lui donna des castagnettes magiques en bronze, Héraclès se plaça en haut d’une montagne et joua des castagnettes. Les oiseaux, effrayés par le bruit, sortirent du bois où ils se réfugiaient et Héraclès les tua en leur décochant des flèches.

Le taureau crétois

Le septième travail d’Héraclès consista à ramener vivant le taureau de Crète qui appartenait au Roi Minos. Le taureau terrorisait les habitants et détruisait tout sur son passage. Héraclès le fit courir pour l’épuiser, puis le ligota.

Les juments de Diomède

La tâche suivante consistait à capturer des juments sauvages et carnivores. Diomède, leur maître, leur donnait à manger les hôtes qu’il recevait chez lui. Héraclès emmena les juments sur un monticule de terre et creusa un tunnel autour, pour qu’elles ne s’enfuient pas. Le héros assomma Diomède et le donna à manger aux juments.

La ceinture d’Hippolyte

Eurysthée donna pour ordre à Héraclès de récupérer la ceinture d’Hippolyte, la Reine des Amazones. Cependant, elle tomba amoureuse de lui et lui donna sans aucune hésitation sa ceinture magique en cadeau. Mais Héra, lança discrètement une rumeur chez les Amazones dans laquelle l’homme voulait kidnapper leur reine. Se croyant trahi par Hippolyte, Héraclès la tua de sang froid, s’empara de la ceinture et s’enfuit de l’île.

Les bœufs de Géryon

Le dixième travail était d’amener le troupeau de bœufs de Géryon à son cousin. Géant avec trois corps, il possédait un énorme troupeau gardé par un berger et un chien féroce. Héraclès s’embarqua dans les terres de Géryon et assomma d’un coup de massue le chien et le berger. Il décocha une flèche fatale qui transperça les trois corps de Géryon en même temps. Victorieux, il ramena le troupeau à Eurysthée.

Les pommes d’or du jardin des Hespérides

Ensuite, Héraclès a dû rapporter les pommes d’or du jardin des Hespérides qui était protégé par un terrible dragon. Il demanda alors à Atlas d’aller les lui en rapporter pendant qu’il le remplacerait à porter la voûte céleste. Quand le titan revient avec les pommes, Héraclès lui redonna la voûte céleste avec ruse et emporta les pommes avec lui.

Le Cerbère

Le dernier travail d’Héraclès était de ramener le chien à trois têtes, Cerbère, au palais d’Eurysthée. Il s’aventura dans les Enfers et bondit sur l’animal, tout en portant la peau du lion de Némée pour éviter d’être déchiqueté par ses crocs acérés. Il saisit le cou du chien et le serra pour l’étouffer. Hadès l’autorisa ensuite à ramener son gardien dans le monde des mortels.

Fermer le menu